2020

> À la galerie

Alain Pouillet

Hé, dites moi,…C’est loin là-bas

17 septembre-04 novembre 2020

Françoise Besson est heureuse d’offrir les murs de sa galerie pour la première fois à l’artiste lyonnais Alain Pouillet pour une exposition qui se tiendra du 18 septembre au 04 novembre dans la grande et  la petite galerie. Seront montrées des œuvres inédites issues de 4 séries sur lesquelles travaille l’artiste depuis deux ans.

 

Alain Pouillet fait partie de ces artistes qui ont de la magie dans le cœur et qui la matérialise sur la surface de la toile.

Il raconte des histoires à son spectateur aux frontières entre le réel et l’imaginaire, entre le visible et l’invisible. Le style est singulier et sous des apparences ludiques évidentes, les niveaux de significations sont aussi multiples et complexes.

Autodidacte, il peint et dessine depuis l’enfance. En effet, il réalise pour son instituteur des cartes imagées à la gouache blanche. Cette technique est chère à l’artiste puisqu’on la retrouve jusque dans sa dernière série de plus de quatre-vingt petites peintures – qui ne sont d’ailleurs pas sans rappeler des cartes postales – dans laquelle chaque dessin est rehaussé à la gouache blanche afin de mieux souligner la dimension lumineuse de ses personnages.

 

Extrait de Quand « Tout fout le camp », « Rien ne va plus » !

Par Bénédicte Maselli, docteur en histoire de l’art contemporain

 

Télécharger

La nuit étoilée 1, 2018-2019

huile sur toile , 150 x 150 cm

5900 euros

La nuit étoilée 2, 2018-2019

huile sur toile , 120 x 120 cm

4800 euros

Ceux qui nous regardent, 2018-2019

aquarelle et tempera sur papier

75 x 102 cm

1700 euros

Le palais des vases brisés 1, 2019

huile sur toile, 100 x 81 cm

3000 euros

Ceux qui nous regardent, 2018-2019

aquarelle et tempera sur papier

75 x 102 cm

1700 euros

x

A la petite galerie

Intériorité

José Luis Lopez Lara

Sabine Orlandini

Pour son retour sur la scène artistique lyonnaise, José Luis Lopez Lara a choisi de présenter une série d’aquarelle intitulée  Intériorité . Il se dégage de cette série, commencée peu avant le confinement, un profond sentiment de calme et d’apaisement, plus que nécessaire en ces temps tourmentés. « De modestes chutes de bois ou d’objets hétéroclites récoltés, ici et là, forment le vocabulaire principal des scénographies. Combinés de multiples façon, les objets sont traités avec réalisme et forment des compositions improbables échappant à toute interprétation narrative. Avec ces peintures et aquarelles, il est plutôt question de sensations. En effet, dans ces espaces apaisés par la lumière, le temps semble suspendu et nous invite au silence. Paradoxalement, il se dégage de ces ensembles dépouillés un sentiment de vitalité et de sérénité ».

Sabine Orlandini nous présente parallèlement un éventail de céramiques aux couleurs de la petite galerie »Mon travail s’appuie sur une recherche de formes épurées où l’expression graphique est omniprésente. La fonctionnalité de mes objets n’est pas immédiate ni définitive. J’aime que mes objets soient utilisés pour une fonction à laquelle je n’avais pas pensé. Mes pièces sont montées à la plaque. J’utilise une terre de faïence blanche lisse ou chamottée, selon les effets et textures recherchés. Je les engobe, les marque aux   crayons oxydes et les émaille.

 

https://vimeo.com/432841220

José Luis Lara Lopez

Méditation 24, 2020

aquarelle sur papier Arches, 46 x 38 cm

580 euros

José Luis Lara Lopez

Composition pour la méditation 2, 2019

huile sur toile , 55 x 46 cm

1250 euros

José Luis Lara Lopez

Composition pour la méditation 1, 2019

huile sur toile , 55 x 46 cm

1250 euros

José Luis Lara Lopez

Méditation 26, 2020

aquarelle sur papier Arches, 46 x 38 cm

580 euros

José Luis Lara Lopez

Méditation 27, 2020

aquarelle sur papier Arches, 46 x 38 cm

580 euros

José Luis Lara Lopez

Composition pour la méditation 3, 2019

huile sur toile , 55 x 46 cm

1250 euros

Sabine Orlandini

Céramique, 2020

Sabine Orlandini

Céramique, 2020

Sabine Orlandini

Céramique, 2020

x

À la galerie

Chantal Fontvieille

… à travers…

06 juin>31 juillet 2020

Françoise Besson est heureuse d’inviter Chantal Fontvieille pour sa quatrième exposition personnelle à la galerie

Vous y découvrirez une nouvelle série de cibles notamment de cibles de tir à l’arc, ainsi qu’un ensemble de sculptures : les bois cibles.
…à travers… : je mets au contact : la flèche à travers la cible, l’eau à travers l’impact, la lumière à travers la trouée.
Le tir est traversée mais aussi processus actif où se jouent les accidents du hasard, les effets de la durée des bains. Dans ce dernier travail, les cibles de tir à l’arc m’offrent par leurs cercles bleus, rouges et jaunes leurs couleurs criardes. Ensuite toute la place est donnée à l’élément premier et invisible de cette série : l’eau. Les COULÉES traversent le matériau. L’EAU distribue rouille et encre de Chine à travers les impacts du tir, au recto et au verso. Toutes ces matières liquides naturelles s’accordent au carton, le dévorent jusqu’à le réduire en lambeaux…
Ma série …à travers… raconte une histoire naturelle, imprévisible, qui me fascine (…)

 

 

Télécharger

vue de l’exposition

… à travers… Chantal Fontvieille

06 juin>31 juillet 2020

Trop humains, 2019

bûches de bois retravaillées

 

à travers 303 , 2019

cible de tir à l’arc, rouille, encre de Chine

61.5 x 62.5 cm

à travers 116 , 2019

cible de tir à l’arc, rouille, encre de Chine

61.5 x 62.5 cm

à travers,

cible de tir à l’arc, rouille, encre de Chine

23 x 6.55 cm

 

x

À la galerie

Le souffle

collective des artistes de la galerie

30 janvier 2020 > 28 mars 2020

 

Pour démarrer l’année 2020, les artistes de la galerie sont invités à travailler sur le Souffle.

Souffle de vie, souffle créateur, souffle du génie voire souffle divin.

Avoir du souffle, en manquer. Vivre à plein souffle, mais pas à bout de souffle…

Autant suspendre son souffle, pour ne pas le perdre complètement.

Parler dans un souffle, le souffle court, à court de souffle ?

Ne tenir qu’à un souffle, retarder le dernier souffle…

Alors, reprendre son souffle, se laisser toucher à nouveau par le souffle du génie

Atteindre un deuxième souffle, pourquoi pas un troisième !

Se méfier du souffle de l’adversité, se protéger du souffle du froid, furieux, glacial ou encore du souffle de l’explosion.

Préférer le souffle d’amour, le souffle léger, parfumé des champs… souffle d’inspiration

Autant de déclinaisons possibles que de réponses des artistes.

Ce souffle créateur animera la galerie à partir du 30 janvier 2020, à 18h30 en présence des artistes : A vous couper le souffle !!!

 

 

 

Télécharger

vue de l’exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

vue de l’exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

vue de l’exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

vue de l’exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

vue de l’exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

vue de l’exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

vue de l’exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

vue de l’exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

Vernissage

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

vue de l’exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

vue de l’exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

Vernissage

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

Vernissage

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

Vernissage

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

T haïva Ouaki, Nuages – 2019
7 ex + 2 EA., Tirage contrecollé sur dibond
Encadré cadre métallique vitre anti-reflet
20 x 30 cm : 400 euros
30 x 45 cm : 650 euros

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

Stéphane Charpentier C1020-14a

Les voiles, Prise de vue 2019 – tirage 2020
Tirage fine art sur papier Museo Silver, 60-80cm, Édition 1/8
1400 euros chaque

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

Marine joatton, sans titre, 2019

Gouache sur papier, Environ

40 x 30 cm : 1200 euros
26 x 36 cm : 1100 euros
23 x 31 cm : 1000 euros

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

 

Lise Roussel, les roseaux  (diptyque) – 2019
Acrylique sur bois, 120 x 160 cm
6000 €

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

Laurent Mulot, three of a perfect arctic  pair

Agantha Kairos Groenland – 2013
Photographie, 140 x 120 cm
2 500 euros

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

Frédéric Khodja, le tournage abandonné, 2019

Pigments, pastels secs, crayons sur papier Canson 110 x 150 cm
5500 euros encadré

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

Julien Guinand, Coal creek station, Dakota du nord, Usa – 2016
Photographie, édition 1/5, 73 x 90 cm
1700 euros

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

Jean Charasse, construction P9, 2016

Technique mixte bois et tissus, 65 x 51 x 7.5 cm
5000 euros

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

 

Jacques Migayrou, sans titre

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

collection

 

Gilles Verneret

Eole souffle sur l’Océan

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

 

Daniel Clarke, composition n°2, 2019

Bois polychrome, 60 x 30 x 50 cm
3500 euros

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

Chantal Fontvieille, Souffle d’hiver sur cibles 2019

4 cibles perforées, 50 x 50 cm
12 000 euros

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

Awena Cozannet, Ecouter voir, 2018

Sangles, gilet de sauvetage, filet, tissus, 105 x 50 x H 220 cm
5800 euros

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

Christine Crozat, 1ère rencontre avec le lièvre

Christine Crozat- 2012
Dessins, 24 x 17 cm
collection

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

 

Clément Montolio, Sans titre, 2019

Acrylique sur toile, 61 x 50 cm
Collection

exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

 

vue de l’exposition le souffle 30 janvier>28 mars 2020

x

A la petite galerie

Nouvelles floraisons

Théo Massoulier

Rémy Jacquier

Alain Pillard

Lise Roussel

30 janvier >31 mars 2020

1ère exposition à la petite galerie

Les 4 artistes investissent les murs de la petite galerie sur le thème du bâti et de sa représentation en estampes, dessins, volume et petites séries.

Le cabinet est confié à Alain Pillard qui y proposera une installation «  totale « avec dessins, céramiques et la table onirique dun repas baroque.

 

Théo Massoulier

exposition Nouvelles floraisons

30 janvier >31 mars 2020

Alain Pillard

exposition Nouvelles floraisons

30 janvier >31 mars 2020

Théo Massoulier

exposition Nouvelles floraisons

30 janvier >31 mars 2020

Alain Pillard

exposition Nouvelles floraisons

30 janvier >31 mars 2020

Théo Massoulier

exposition Nouvelles floraisons

30 janvier >31 mars 2020

Théo Massoulier

Lise Roussel

exposition Nouvelles floraisons

30 janvier >31 mars 2020

Théo Massoulier

Alain Pillard

exposition Nouvelles floraisons

30 janvier >31 mars 2020

Vernissage exposition Nouvelles floraisons

30 janvier >31 mars 2020

Vernissage exposition Nouvelles floraisons

30 janvier >31 mars 2020

Théo Massoulier, sample 25

Branche de thym avec ses racines, bloc d’ambre artificielle, mousse végétale séchée, fragment de jouet en plastique, feuille de plante grasse synthétique, composé informatique, plaquette en verre dichroïque

Lise Roussel, lithos, 2014

technique mixte et collage sur papier 44 x 33 cm

Rémy Jacquier, RP2, 2016
eau-forte, 53 X 39 cm
16 ex. sur velin de Rives.
Urdla éditeur

Alain Pillard, 2019

table onirique

Théo Massoulier

Lise Roussel

exposition Nouvelles floraisons

30 janvier >31 mars 2020

Exposition Nouvelles floraisons

30 janvier >31 mars 2020

Alain Pillard

exposition Nouvelles floraisons

30 janvier >31 mars 2020

x

> Hors les murs > Espace la Brava

Croisemement

Awena cozannet
Daniel Clarke
Christine Crozat
25 janvier > 14 mars 2020

La Galerie Françoise Besson expose à l’Espace de la Brava à Thônes.
Démarrer l’année dans le croisement de trois mondes, trois démarches, trois univers, Christine Crozat, Daniel Clarke et Awena Cozannet.

Le point commun : C’est la quête de l’homme, le lien au vivant…

C’est l’envie de déplacer les trois expositions présentées cet automne en résonance avec la
Biennale de Lyon. Le désir de les rassembler pour les offrir à la Vallée des Aravis.
L’art contemporain s’invite là où on ne l’attend pas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger

Awena Cozannet

la vague, 2018 ( On marche sur la tête) Cordes cousues, fourches, béton, Ø110 x H 200 cm

Exposition croisement 25 janvier > 14 mars 2020

Christine Crozat

Visage paysage, 2019,
technique mixte sur papiers, 37 x 28 cm, © JL Losi

exposition croisement 25 janvier > 14 mars 2020

Daniel Clarke

Deux figures 2018,

huile sur bois, 55 x 92 cm,

exposition croisement 25 janvier > 14 mars 2020

x

> A la petite galerie

Inauguration

Awena Cozannet

Christelle Cantereau

Blast Studio

Karine Lemery

Alain Pillard

Sabine Orlandini

30 janvier >31 mars 2020

La galerie Françoise Besson est heureuse de vous annoncer l’ouverture d’un nouvel espace de vente dédié à l’édition : La Petite Galerie.
La Petite Galerie, située 6 rue de Vauzelles, sera inaugurée le 4 décembre comme un prélude aux lumières Lyonnaises à partir de 18h 
Cet espace, plateforme de rencontres, de dialogues, et de diffusion sera consacré à l’édition contemporaine sous toutes ses formes : estampe, photographie, céramique et textile ainsi qu’aux petites séries.
L’accueil réservé, grâce à une médiation personnalisée, donne l’occasion de mieux connaitre les démarches et techniques des artistes exposés.
Pour cette première saison, en résonance avec l’exposition On marche sur la tête, visible à la galerie Françoise Besson du 28 novembre au 18 janvier, Awena Cozannet présente ici estampes et photographies.
Parallèlement, seront exposés, sous forme de cabinet de curiosité contemporain les diptyques photos de Christelle Cantereau, les réalisations surprenantes de Blast Studio, les céramiques noires et blanches de Sabine Orlandini, celles, plus baroques d’Alain Pillard et enfin le monde enchanté de Karine Lemery.
clic ↑

vue de l’exposition Inauguration de la petite galerie 

4 décembre 2019

 

vue de l’exposition Inauguration de la petite galerie 

4 décembre 2019

Christelle Cantereau

vue de l’exposition Inauguration de la petite galerie 

4 décembre 2019

Christelle Cantereau

vue de l’exposition Inauguration de la petite galerie 

4 décembre 2019

Sabine Orlandini

vue de l’exposition Inauguration de la petite galerie 

4 décembre 2019

Karine Lemery

vue de l’exposition Inauguration de la petite galerie 

4 décembre 2019

Alain Pillard

vue de l’exposition Inauguration de la petite galerie 

4 décembre 2019

Alain Pillard

vue de l’exposition Inauguration de la petite galerie 

4 décembre 2019

Alain Pillard

vue de l’exposition Inauguration de la petite galerie 

4 décembre 2019

Alain Pillard

vue de l’exposition Inauguration de la petite galerie 

4 décembre 2019

Blast studio

vue de l’exposition Inauguration de la petite galerie 

4 décembre 2019

Blast Studio

vue de l’exposition Inauguration de la petite galerie 

4 décembre 2019

Blast Studio

vue de l’exposition Inauguration de la petite galerie 

4 décembre 2019

Blast studios

vue de l’exposition Inauguration de la petite galerie 

4 décembre 2019

Karine Lemery

vue de l’exposition Inauguration de la petite galerie 

4 décembre 2019

Alain Pillard

x

> À la galerie

Awena Cozannet

On marche sur la tête

28 novembre 2019 > 18 janvier 2020

 

 

 

 

 

 

Françoise Besson est heureuse d’inviter Awena Cozannet pour sa quatrième exposition personnelle à la galerie, On marche sur la tête. Sculptures, photographies, dessins se partageront les cimaises de la galerie du 28 novembre au 18 janvier 2020 en résonance avec la 15 ème biennale d’art contemporain de Lyon 2019 « là où les eaux se mêlent », et en partenariat avec le Musée-château d’Annecy où l’artiste est en résidence du 16 septembre au 13 décembre 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger

vue de l’exposition on marche sur la tête

Awena Cozannet, 28 novembre 2019 > 18 janvier 2020

©Pierre Vallet

vue de l’exposition on marche sur la tête

La vague

Awena Cozannet, 28 novembre 2019 > 18 janvier 2020

©Pierre Vallet

vue de l’exposition on marche sur la tête

Awena Cozannet, 28 novembre 2019 > 18 janvier 2020

©Pierre Vallet

vue de l’exposition on marche sur la tête

Awena Cozannet, 28 novembre 2019 > 18 janvier 2020

©Pierre Vallet

vue de l’exposition on marche sur la tête

Awena Cozannet, 28 novembre 2019 > 18 janvier 2020

©Pierre Vallet

On marche sur la tête, 2017/2018 Cordes cousues, fourches, béton, Ø110 x H 200 cm,

on marche sur la tête

Awena Cozannet, 28 novembre 2019 > 18 janvier 2020

 

La marche, 2019

encre, pastel, crayon sur papier coton 650, 57 x 72 cm

L’étau, 2019

Cordes et coton cousus, chaînes, crochets, tente, 70 x 150 x H 90 cm

Traversée 2019

Coton et filets cousus, béton, tailles variables

Chute libre 2019

Encre, crayon pastel, 38 x 28 cm

Où est la maison de mon ami 2019

 

Il marche sur la tête

crayon, 38 x 28 cm

x

À l’Étage

Ana Zulma

Vie de Porcelaine

28 novembre 2019 > 18 janvier 2020

 

NOUVEAU MONDE
Explorer au-dessus,
Je perce des papiers imprimés,
Aller-retour
Epreuve de l’infiniment grand,
Expérience de l’infiniment petit,
Une perception devient espace, l’eau dort.
Désir ultime de la possible rencontre,
En deuil de ma capacité,
Je m’évertue,
À relever les clichés de l’objet « petit a ».
Muable, je le regarde agir.
Sans emprise, il m’échappe.

Télécharger

Trash confidence, 2018

technique mixte, 60 x 80 cm

Langer la bête, 2018

technique mixte, 60 x 80 cm

Intime perception, 2018

technique mixte, 60 x 80 cm

 

 

portrait grand format, 2018

technique mixte, 60 x 80 cm

Réparer son enfance, 2018

technique mixte

x

2019

> A la galerie

Christine Crozat

Entre les mondes

16 octobre > 23 novembre 2019

 

Qu’est-ce que le papier calque, sinon un lieu de passage d’un dessin à un autre, un espace de transmission, qui raconte une petite partie de l’histoire, encore incomplète et fragmentaire ? Le papier calque est le lieu où se mêlent les mondes, celui de l’esquisse et de l’achevé, de l’oscillant et du fixe, du jour et de la nuit : Entre les mondes. Cet interstice se manifeste dans la méthode même: dessiner les contours, ne retenir que la forme essentielle et épurée. S’attacher au magnétisme du détail. Christine Crozat, en passionnée d’histoire des arts, retient, repère, puis explore. Une fleur d’un Godard pour un Portrait rouge, une mule de La mort de Sardanapale pour Queen’s bee shoe. Le détail est extrait, ciselé hors de son ensemble de référence pour lui donner une nouvelle place, un nouveau sens. Le détail comme transmission d’un monde à un autre. Vient ensuite la série des «Gris de Payne » : la presqu’île de Shimokita inspire Christine Crozat. Le végétal et l’aquatique se mêlent, les hautes herbes et les fleurs se superposent aux nuages. Des flèches ancrent parfois les formes éthérées au sol, comme pour prévenir leur envol en dehors du cadre, arrondies et trop légères (…/…)

Xavier Petit, doctorant en philosophie

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger

Vue de l’exposition

Entre les mondes, Christine Crozat

16 octobre > 23 novembre 2019

Solo, 2017, Vidéo en boucle, Crozat Thomé

Jardin botanique de Sandaï, Japon

Exposition Entre les mondes, Christine Crozat

16 octobre > 23 novembre 2019

Autoportrait au bouton, 2018

crayon graphite, 130 x 98 cm

Exposition Entre les mondes, Christine Crozat

16 octobre > 23 novembre 2019

Dans les champs n°7, 2018

Graphite sur papier, 75 x 110 cm © JL Losi

Exposition Entre les mondes, Christine Crozat

16 octobre > 23 novembre 2019

 

Paysage gris de Payne n°10, 2019
technique mixte sur papiers, 37 x 28 cm, © JL Losi

Exposition Entre les mondes, Christine Crozat

16 octobre > 23 novembre 2019

 

Visage-paysage 02

Piero della Francesca La légende de la vraie croix

Jean Fouquet Vierge à l’enfant
technique mixte sur papiers, 37 x 28 cm, © JL Losi

Exposition Entre les mondes, Christine Crozat

16 octobre > 23 novembre 2019

05 Visage- paysage, Diptyque d’Urbino

Piero de la Francesca, Battista Sforza, Frederic de Montefeltre, Cahier du cinéma N°754

herbier, arbres, plantes et fleurs

Exposition Entre les mondes, Christine Crozat

16 octobre > 23 novembre 2019

Vue de l’exposition Entre les mondes, Christine Crozat 16 octobre > 23 novembre 2019

Vue de l’exposition Entre les mondes, Christine Crozat 16 octobre > 23 novembre 2019

Vue de l’exposition Entre les mondes, Christine Crozat 16 octobre > 23 novembre 2019

Vue de l’exposition Entre les mondes, Christine Crozat 16 octobre > 23 novembre 2019

Vue de l’exposition Entre les mondes, Christine Crozat 16 octobre > 23 novembre 2019

Vue de l’exposition Entre les mondes, Christine Crozat 16 octobre > 23 novembre 2019

Vue de l’exposition Entre les mondes, Christine Crozat 16 octobre > 23 novembre 2019

Vue de l’exposition Entre les mondes, Christine Crozat 16 octobre > 23 novembre 2019

x

À l’Étage

Blast Studio

lovely trash

10 octobre > 20 octobre 2019

 

Événement Pop’up

S’inspirant des écosystèmes naturels, le projet Lovely Trash vise à transformer les déchets de la ville en design durable. La start-up londonienne Blast Studio a développé un cycle court où ils collectent les déchets de gobelets à café directement dans les cafés de Londres et les transforment grâce aux champignons en meubles. Ils utilisent la capacité naturelle des racines de champignons – appelées mycélium – pour digérer la matière organique et la font recycler les déchets des gobelets à café. En dégradant les déchets, le mycélium les transforme en un matériau biologique et vivant qu’ils utilisent pour fabriquer des objets durables inspirés des formes de la nature.

Télécharger

Blast Studio,  Lovely Trash 10>20 octobre 2019

3 vases, impression 3D

Blast Studio,  Lovely Trash 10>20 octobre 2019

colonne imprimée en 3D avec du mycellium de champignon Oyster

Blast Studio,  Lovely Trash 10>20 octobre 2019

ensemble de réalisation 3D

Blast Studio,  Lovely Trash 10>20 octobre 2019

du déchet à l’objet

Blast Studio,  Lovely Trash 10>20 octobre 2019

Vase in the city 2

Blast Studio,  Lovely Trash 10>20 octobre 2019

vase impression 3D avec mycellium de champignon Oyster rose

x

> À la galerie

Daniel Clarke

Loaded

5 septembre > 12 octobre 2019

 

My work of the last three years situates itself in a landscape that seeks to confront my unconscious with that of contemporary political et sociological parameters. The work’s ambition is to confront my own history with that with which surrounds me and nourishes me. I aspire, through the paint to construct a Jungian language that aims to give a voice to the fabric of my experience. The use of stencils is essentially to tap into forms as if they were architectural ruins or sculptural fragments alluding to a place. I see the work as that of a cartographer, mapping, listing but with the freedom of my hand to distort, oppose and articulate the landscape, not in a photographic way but with a spiritual, instinctive and cosmological ambition.

Daniel Clarke, mars 2011

 

 

 

 

Lire la vidéo de l’exposition

 

 

 

 

Télécharger

Accrochage

Loaded

5 septembre > 12 octobre 2019

 

 

vue de l’exposition Loaded, Daniel Clarke

5 septembre > 12 octobre 2019

 

vue de l’exposition Loaded, Daniel Clarke

5 septembre > 12 octobre 2019

vue de l’exposition Loaded, Daniel Clarke

5 septembre > 12 octobre 2019

vue de l’exposition Loaded, Daniel Clarke

5 septembre > 12 octobre 2019

vue de l’exposition Loaded, Daniel Clarke

5 septembre > 12 octobre 2019

vue de l’exposition Loaded, Daniel Clarke

5 septembre > 12 octobre 2019

x

> À la galerie

Jacques Migayrou

La grande Bellezza

13 juin > 30 juillet 2019

 

Françoise Besson est heureuse d’inviter Jacques Migayrou du 13 juin au 31 juillet 2019 pour sa troisième exposition personnelle à la galerie : LA GRANDE BELLEZZA, en référence au film de Paolo Sorrentino de 2014.

Télécharger

Vue de l’exposition LA GRANDE BELLEZA

Jacques Migayrou

13 juin>30 juillet 2019

 

Vue de l’exposition LA GRANDE BELLEZA

Jacques Migayrou

13 juin>30 juillet 2019

Vue de l’exposition LA GRANDE BELLEZA

Jacques Migayrou

13 juin>30 juillet 2019

Vue de l’exposition LA GRANDE BELLEZA

Jacques Migayrou

13 juin>30 juillet 2019

Vue de l’exposition LA GRANDE BELLEZA

Jacques Migayrou

13 juin>30 juillet 2019

Vue de l’exposition LA GRANDE BELLEZA

Jacques Migayrou

13 juin>30 juillet 2019

Vue de l’exposition LA GRANDE BELLEZA

Jacques Migayrou

13 juin>30 juillet 2019

Hubert Robert, 2018

huile sur toile, 146 x 114 cm

Exposition LA GRANDE BELLEZA, Jacques Migayrou

13 juin>30 juillet 2019

 

 

Paysage d’orage, 2019
Huile sur toile, 73 x 60 cm

Exposition LA GRANDE BELLEZA, Jacques Migayrou

13 juin>30 juillet 2019

 

Ciel brouillé, 2019
Huile sur toile, 73 x 60 cm

Exposition LA GRANDE BELLEZA, Jacques Migayrou

13 juin>30 juillet 2019

 

x

> A la galerie

Chacun son trait, Ces jours bleus

Awena Cozannet, Christine Crozat, Marie-Anita Gaube,

Gwen Hautin, Sophie Matter, Armelle de Sainte-Marie

11 avril > 8 juin 2019

 

La galerie Françoise Besson est heureuse de présenter Chacun son trait – Ces jours bleus (sur une proposition originale de Sophie Matter), une exposition réunissant les travaux de six artistes femmes. Autant d’identités artistiques ayant en commun la permanence et la persistance du trait dans leurs œuvres respectives. Le dessin est aujourd’hui l’expression plastique empreinte de la plus incroyable vitalité. En redéfinition permanente, se nourrissant volontiers des autres médiums, il déjoue sans cesse les limites du territoire dans lequel il est traditionnellement circonscrit. Cette exposition a ainsi l’ambition de montrer, grâce aux œuvres, tout à la fois la richesse infinie du champ d’application du dessin contemporain et sa grande diversité d’expression plastique.

Télécharger

Vue de l’exposition Chacun son trait, Ces jours bleus

Awena Cozannet

11/04 > 8/06 2019

©Pierre Vallet

Awena Cozannet, Ecouter-voir, 2018/2019

encre sur papier Arches, 19 x 28 cm

Exposition Chacun son trait, Ces jours bleus, 11/04 > 8/06 2019

 

Vue de l’exposition Chacun son trait, Ces jours bleus

Awena Cozannet

11/04 > 8/06 2019

©Pierre Vallet

Awena Cozannet, Toujours nu pour toi, 2019

encre et pastel sur papier Arches, 28 x 38,5 cm

Exposition Chacun son trait, Ces jours bleus, 11/04 > 8/06 2019

Vue de l’exposition Chacun son trait, Ces jours bleus

Sophie Matter

11/04 > 8/06 2019

©Pierre Vallet

 

Sophie Matter, Chacun son trait –épisode 2 la classe bleue, 2016

Oeuvre participative, stylo bille sur 25 bristols contrecollés, 62, 5 x 100 cm encadré

Exposition Chacun son trait, Ces jours bleus, 11/04 > 8/06 2019

Vue de l’exposition Chacun son trait, Ces jours bleus

Marie-Anita Gaube

11/04 > 8/06 2019

©Pierre Vallet

Marie-Anita Gaube, Hug, 2019

Techniques mixtes et collage sur papier, 76 x 56 cm

Exposition Chacun son trait, Ces jours bleus, 11/04 > 8/06 2019

Vue de l’exposition Chacun son trait, Ces jours bleus

Marie-Anita Gaube

11/04 > 8/06 2019

©Pierre Vallet

Vue de l’exposition Chacun son trait, Ces jours bleus

Gwen Hautin, Sophie Matter

11/04 > 8/06 2019

©Pierre Vallet

Gwen Hautin, Opus (triptyque), 2018, technique mixte sur toile, 180 x 80 cm

Quintessence, 2017 (ensemble), peinture à l’huile sur papier, 40 x 30 cm chaque

Exposition Chacun son trait, Ces jours bleus, 11/04 > 8/06 2019 ©Pierre Vallet

Sophie Matter, Chacun son trait épisode 1 – dégradé bleu/gris, 2015

Oeuvre participative, feutres sur tissu tendu sur châssis, 210 x 130 cm

Exposition Chacun son trait, Ces jours bleus, 11/04 > 8/06 2019 ©Pierre Vallet

Vue de l’exposition Chacun son trait, Ces jours bleus

11/04 > 8/06 2019

©Pierre Vallet

Vue de l’exposition Chacun son trait, Ces jours bleus

Gwen Hautin, Awena Cozannet

11/04 > 8/06 2019

©Pierre Vallet

Vue de l’exposition Chacun son trait, Ces jours bleus

Christine Crozat

11/04 > 8/06 2019

©Pierre Vallet

Christine Crozat, Femme au bord de la Manche, 2018

Technique mixte sur papier, 28,5 x 36,8 cm encadré

Exposition Chacun son trait, Ces jours bleus, 11/04 > 8/06 2019

Christine Crozat, Paysage 01, 2018

Technique mixte sur papier, 36, 8 x 28,5 cm encadré

Exposition Chacun son trait, Ces jours bleus, 11/04 > 8/06 2019

Vue de l’exposition Chacun son trait, Ces jours bleus

Christine Crozat, Armelle de Sainte-Marie

11/04 > 8/06 2019

©Pierre Vallet

Armelle de Sainte-Marie, Twilight Tram, 2019

Gouache et encre sur papier, 112 x 77 cm

Exposition Chacun son trait, Ces jours bleus, 11/04 > 8/06 2019

 

Vue de l’exposition Chacun son trait, Ces jours bleus

Armelle de Sainte-Marie

11/04 > 8/06 2019

©Pierre Vallet

x

> À la galerie & À l’Étage

L’oeil & le coeur : vente exceptionnelle de la collection Françoise Besson

14 février > 30 mars 2019

 

Pour démarrer 2019 et pour célébrer ses quinze années d’existence,  la galerie est heureuse d’ouvrir L’œil & le cœur : vente exceptionnelle de la collection Françoise Besson, une exposition toute personnelle dévoilant pour la première fois au public une partie de la collection de sa fondatrice…

 

Avec les œuvres de :
Romain BERNINI, Joseph BEUYS, Stéphane BORDARIER, Emmanuelle CASTELLAN, Marion CHARLET, Marie-Agnès CHARPIN, Dominique DE BEIR, Roseline DELACOUR, Marc DESGRANDCHAMPS, Jim DINE, Gaëlle FORAY, Patrice GIORDA, Cristine GUINAMAND, Karine HOFFMAN, Rémy JACQUIER, Christine MAIGNE, Agathe MAY, Marlène MOCQUET…

Télécharger

Vue de l’exposition L’oeil & le coeur : vente exceptionnelle de la collection Françoise Besson

14/02 > 30/03 2019

©Pierre Vallet

 

Vue de l’exposition L’oeil & le coeur : vente exceptionnelle de la collection Françoise Besson

14/02 > 30/03 2019

©Pierre Vallet

Haralampi G. Oroschakoff, J’accuse (Zola), 2008

Huile, acrylique & pigments sur toile, 164 x 105 x 7,5 cm, ©Pierre Vallet

Exposition L’oeil & le coeur…, 14/02 > 30/03 2019

17 000 euros

 

Vue de l’exposition L’oeil & le coeur : vente exceptionnelle de la collection Françoise Besson

14/02 > 30/03 2019

©Pierre Vallet

Roseline Delacour, Energies, 2013
Tirages numériques impression pigmentaire
20 x 40 cm

750 euros

Martin Noël, Unterweg, 2009
Aquatinte originale signée sur Rives,  ex 4/50  65 x 50 cm

1 000 euros

Djamel Tatah, Wood0109, 2009

Gravure sur bois et lithographie, 124 x 180 cm

Exposition L’oeil & le coeur…, 14/02 > 30/03 2019 ©Pierre Vallet

5000 euros

Marion Charlet, Sans titre (The Millenials), 2017
Graphite sur papier, 100 x 70 cm (encadré)
2 500 euros

Stéphane Bordarier, Violet Rouge, 2009
Gravure sur bois sur vélin
Ex 20 /30, 26 x 50 cm (hors cadre)
800 € 

Marc Desgrandschamps,  La bacchante, 2005
Lithographie sur papier Sahnemühle
152 x 110 cm (hors cadre)
 3 500 €

Marie-Agnès Charpin, 365 03, 2013
Graphite sur papier, 50 x 40 cm (encadré)
1 500 €

Emmanuelle Castellan, Vallée noire, 2007
Acrylique sur toile, 40 x 50 cm
1 400 €

Haralampi G. Oroschakoff, Das Mittelmeerische Denken 1, 2007
Acrylique sur toile de lin, 30 x 25 cm
3 000 €

Jean-Xavier Renaud, Île de Pâques, 2010
Pastels sec sur papier, 70 x 100 cm
4 000 € 

Emmanuelle Castellan, Maison Fantôme, 2008
Acrylique sur toile, 40 x 50 cm
1700 €

Emmanuelle Castellan, Entresol, 2008
Acrylique sur toile, 40 x 50 cm
1 800 €

François Morelli, Sans titre , 2014
Encre et tampon sur papier, 39 x 39 cm (encadré)
800 € 

Christine Maigne, Petit épi I, 2011
Gomme et pierre noire sur papier, cadre
25 x 25 cm
1 000 €

Duncan Wylie, Untitled, 2007
Huile sur toile, 54 x 81 cm
1 800 €

Aurélie Nemours Sans titre, 1981
Gouache sur papier, Signée au dos, série de 4
35 x 27 cm (hors cadre)
7 000 € chaque 

Christine Guinamand, Camrade, 2010
Huile sur toile, 50 x 70 cm
2 500 €

Romain Bernini, Sans titre, 2007

Huile sur toile, 130 x 90 cm.

Exposition L’oeil & le coeur…, 14/02 > 30/03 2019 ©Pierre Vallet

8800 euros

Vue de l’exposition L’oeil & le coeur : vente exceptionnelle de la collection Françoise Besson

14/02 > 30/03 2019

©Pierre Vallet

Agathe May, Kyoto, 2007

Xylographie à encrage monotype, 94, 5 x 60, 5 cm, Exposition L’oeil & le coeur…, 14/02 > 30/03 2019 ©Pierre Vallet

2 500 €

 

Vue de l’exposition L’oeil & le coeur : vente exceptionnelle de la collection Françoise Besson

14/02 > 30/03 2019

©Pierre Vallet

Otto Zitko, Untitled (Black), 2001, ex. 18/24

Lithographie, 90 x 63 cm, collection

Exposition L’oeil & le coeur…, 14/02 > 30/03 2019 ©Pierre Vallet

Romain Bernini, Construction n°8, 2007

Huile sur toile, 128 x 130 cm,

Exposition L’oeil & le coeur…, 14/02 > 30/03 2019 ©Pierre Vallet

10500 euros

Vue de l’exposition L’oeil & le coeur : vente exceptionnelle de la collection Françoise Besson

14/02 > 30/03 2019

Œuvres disponibles

©Pierre Vallet

Rémy Jacquier, Pavillon Parker 7, 2010

Carton, bois, 20 x 24 x 24 cm, disponible

Exposition L’oeil & le coeur…, 14/02 > 30/03 2019

©Pierre Vallet  1800 euros

Vue de l’exposition L’oeil & le coeur ,14/02 > 30/03 2019, ©Pierre Vallet

Marc Desgrandchamps, droite et gauche disponibles

1700 euros

Marc Desgrandchamps, Soudain l’été dernier II, 2003

Lithographie et rehauts d’aquarelle sur vélin, 90 x 63 cm, ex. 13/35, ©Pierre Vallet

Exposition L’oeil & le coeur…, 14/02 > 30/03 2019

1700 euros

 

Christine Guinamand, Les deux mondes, 2008
Huile sur bois, 33 x 41 cm
1 600 €

Wunderkindt, 2010
Huile sur toile, 116 x 89 cm,

3 000 €

Stéphane Pencreac’h, Sphinx, 2008 Lithographie et impression pigmentaire, 118,6 x 88 cm,

Exposition L’oeil & le coeur…, 14/02 > 30/03 2019 ©Pierre Vallet

1500 euros

Anne Laure Sacriste  Museum of Natural History, New York, 2009
Huile sur bois, 30 x 20 cm
3 000 € 

Romain Bernini, Porteur II, 2008

Huile sur toile, 165 x 160 cm,

Exposition L’oeil & le coeur…, 14/02 > 30/03 2019 ©Pierre Vallet

13 000 euros

x

> À la galerie

Marine Joatton

Échappée des songes

30 novembre 2018 > 31 janvier 2019

 

Françoise Besson invite Marine Joatton à investir les murs de la galerie pour une première exposition personnelle du 30 novembre au 31 janvier 2019. Dans cette exposition, on retrouve tout l’univers de celle de 2016 présentée au Musée de Saint Etienne « un air de famille » (commissaire Martine Dancer, texte de Lóránd Hegy) transposée en peinture. Un univers de contes, une imagination débridée qui laisse une large part aux contes de notre enfance, ceux d’Andersen ou de Grimm réappropriés par l’artiste qui nous fait découvrir son univers… En marge de l’exposition, paraît le 29ème numéro de Crimée, A l’insaisissable sa part, écrit par Jérémy Liron…

 

 

Télécharger

Vue de l’exposition Echappée des songes, Marine Joatton

30/11 2018 > 31/01 2019

Marine Joatton, Vingt mille lieues, 2018

Acrylique sur toile, 69,5 x 76 cm, disponible

Exposition Echappée des songes, Marine Joatton, 30/11 2018 > 31/01 2019

4300 euros

Vue de l’exposition Echappée des songes, Marine Joatton

30/11 2018 > 31/01 2019

Vue de l’exposition Echappée des songes, Marine Joatton

30/11 2018 > 31/01 2019

Marine Joatton, Fratrie (détail), 2018

Pastel sec sur papier canson, 30 x 23 cm, disponible

Vue de l’exposition Echappée des songes, Marine Joatton, 30/11 2018 > 31/01 2019

1100 euros

Marine Joatton, Fratrie série (1 à 7), 2018

Pastel sec sur papier canson, 30 x 23 cm chaque

1100 euros

Marine Joatton, Twins, 2018, collection

Acrylique sur toile, 67, 5 x 73, 5 cm

Exposition Echappée des songes, Marine Joatton, 30/11 2018 > 31/01 2019

4200 euros

Marine Joatton, L’île, 2018

Acrylique sur toile, 68, 5 x 75 cm, disponible

Exposition Echappée des songes, Marine Joatton, 30/11 2018 > 31/01 2019

4000 euros

Vue de l’exposition Echappée des songes, Marine Joatton

30/11 2018 > 31/01 2019

Marine Joatton, Le chat botté, 2018 Acrylique sur toile, 141 x 167 cm,

Vue de l’exposition Echappée des songes, Marine Joatton, 30/11 2018 > 31/01 2019

7500 euros

x

2018

> A la galerie

Daniel Clarke

Glossary of Terms : Multiples

8 novembre > 27 novembre 2018

 

L’exposition Glossary of Terms : Multiples rassemble les dix-neuf dernières estampes réalisées en 2018 par l’artiste franco-américain Daniel Clarke. L’artiste signe également la première édition limitée de deux foulards de soie en collaboration avec les ateliers de Benoît Coulpier à la Croix-Rousse. La galerie met ainsi à l’honneur le travail de la main et celui de l’artisanat, promouvant l’excellence de la soierie lyonnaise revisitée par un artiste contemporain…

Prix sur demande / possibilité d’envoi

Vue de l’exposition Glossary of Terms : Multiples, Daniel Clarke, disponibles

8/11 >27/11  2018

Vue de l’exposition Glossary of Terms : Multiples, Daniel Clarke, disponibles

8/11 >27/11  2018

Daniel Clarke, Glossary of Terms n°3, 2018

Gravure sur bois sur papier, 109 x 83 cm, 10ex. + 2 EA,

1000 euros

Exposition Glossary of Terms : Multiples, Daniel Clarke,

8/11 >27/11  2018

Daniel Clarke, Glossary of Terms n°2, 2018

Gravure sur bois sur papier, 109 x 83 cm, 10ex. + 2 EA,

1000 euros

Exposition Glossary of Terms : Multiples, Daniel Clarke,

8/11 >27/11  2018

Vue de l’exposition Glossary of Terms : Multiples, Daniel Clarke, disponibles

8/11 >27/11  2018

Daniel Clarke, Glossary of Terms n°1, 2018

Gravure sur bois 18 couleurs sur papier, 109 x 83 cm, 11 ex. + 2EA, 1350 euros

Exposition Glossary of Terms : Multiples, Daniel Clarke

8/11 >27/11  2018

Vue de l’exposition Glossary of Terms : Multiples, Daniel Clarke,

Estampes disponibles

8/11 >27/11  2018

Daniel Clarke, Projet n°1 et n°2, 2018

Gouache, laque & encre de chine, 90 x 90 cm chaque, Estampes

2300 euros

Exposition Glossary of Terms : Multiples, Daniel Clarke

8/11 >27/11  2018

Untitled n°2, 2018, 360 euros

Edition de foulard de soie 4 couleurs 90 x 90 cm

30 exemplaires + 3EA

co-édition par les Ateliers Benoit Coulpier (Lyon)

Exposition Glossary of Terms : Multiples, Daniel Clarke

8/11 >27/11  2018

Vue de l’exposition Glossary of Terms : Multiples, Daniel Clarke,

Estampes disponibles

8/11 >27/11  2018

Vue de l’exposition Glossary of Terms : Multiples, Daniel Clarke

Estampes disponibles

8/11 >27/11  2018

Daniel Clarke, Glossary of Terms n°5, 2018

Gravure sur bois 7 couleurs sur papier, 100 x 75 cm, 11 ex. + 2EA. 1250 euros

Exposition Glossary of Terms : Multiples, Daniel Clarke

8/11 >27/11  2018

Vue de l’exposition Glossary of Terms : Multiples, Daniel Clarke

Estampes disponibles

8/11 >27/11  2018

x

> hors les murs

Les nouveaux sauvages

Halles du faubourg

5 oct >11 nov 2018

Aux Halles du foubourg, projet éphémère artistique, culturel et urbain porté par la Taverne Gutemberg, accompagné par Ateliers La Mouche, Intermède, et l’Ecole urbaine de Lyon.

Commissaires associés Frigo&Co, Galerie Françoise Besson, Le Bleu de Ciel, Festival Superposition & Taverne Gutenberg

Une exposition d’art contemporain grandiose, des spectacles, des performances, initiations artistiques et la découverte d’un patrimoine industriel.

Télécharger

Marie Anita Gaube

New Found World, huile sur toile, 150 x 180 cm

 

Marie Anita Gaube,

Your Shift, 2017, Huile sur toile 170 x 120 cm

 

Guillaume Robert

Vérifier  l’Arcadie, 2015, Installation vidéographique 33 mn

 

Guillaume Robert,

Vérifier l’Arcadie, 2014, tirage photographique

 

Thaïva Ouaki,

Sans titre, Tirage baryté, contrecollage dibond
12 ex + 3 EA, 22,5 x 17 cm

 

Thaïva Ouaki,

Sans titre, Tirage baryté, contrecollage dibon
12 ex + 3 EA, 22,5 x 17 cm,

x

> A la galerie et upstairs

Les Racines du ciel

Valérie Jouve, Laurent Mulot, Gilles Verneret

14 septembre > 2 novembre 2018

 

Dans le cadre du festival 9PH, Lyon, septembre de la photographie 2018 sur le thème de « Frontières » la galerie Françoise Besson accueille trois éminents représentants de l’image, réunis autour de la thématique proche de l’arbre chère à Françoise Besson et plus précisément par Les racines du ciel, en référence au roman de Romain Gary.

Valérie Jouve présente un travail recentré sur la femme où la nature, les arbres sont omniprésents.

Pour cette exposition, Laurent Mulot dévoile les éléments d’un travail en cours achevé en 2019 dans sa forme complète : Aganta Kairos.

Gilles Verneret a réalisé un reportage exclusif et intemporel sur les traces de Jésus le Palestinien, assassiné en 36 à Jérusalem…

Les images de cette exposition sont toutes disponibles

Télécharger

Vue de l’exposition Les Racines du ciel, Valérie Jouve, Laurent Mulot, Gilles Verneret

14/09 > 2/11 2018

©Pierre Vallet

Gilles Verneret, Jésus le Palestinien (série)

Photographie, tirages jet d’encre, 3 ex., 23 x 23 cm chaque.

Exposition Les Racines du ciel, 14/09 > 2/11 2018

©Pierre Vallet

Gilles Verneret, Jésus le Palestinien (série)

Photographie, tirages jet d’encre, 3 ex., 23 x 23 cm chaque.

Exposition Les Racines du ciel, 14/09 > 2/11 2018

©Pierre Vallet

Gilles Verneret, Jésus le Palestinien (série)

Photographie, tirages jet d’encre, 3 ex., 23 x 23 cm chaque.

Exposition Les Racines du ciel, 14/09 > 2/11 2018

©Pierre Vallet

Gilles Verneret, Jésus le Palestinien (série)

Photographie, tirages jet d’encre, 3 ex., 23 x 23 cm chaque.

Exposition Les Racines du ciel, 14/09 > 2/11 2018

©Pierre Vallet

Valérie Jouve. Courtesy galerie Xippas

Vue de l’exposition Les Racines du ciel, 14/09 > 2/11 2018

©Pierre Vallet

Valérie Jouve. Courtesy galerie Xippas

Vue de l’exposition Les Racines du ciel, 14/09 > 2/11 2018

©Pierre Vallet

Valérie Jouve. Courtesy galerie Xippas

Vue de l’exposition Les Racines du ciel, 14/09 > 2/11 2018

©Pierre Vallet

Valérie Jouve. Courtesy galerie Xippas

Vue de l’exposition Les Racines du ciel, 14/09 > 2/11 2018

©Pierre Vallet

Valérie Jouve. Courtesy galerie Xippas

Vue de l’exposition Les Racines du ciel, 14/09 > 2/11 2018

©Pierre Vallet

x

À l’Étage

Laurent Mulot

Aganta Kairos et les 6 océans

14 sept >02 nov 2018

Aganta Kairos est une œuvre au long cours inspirée par les expériences de détection des particules fantômes appelées Neutrinos. Des instruments géants sont plongés dans les abysses pour traquer ces messagers cosmiques qui traversent la planète par milliards à chaque seconde. Seuls quelques spécimens laissent une trace dans les détecteurs.

Entrée à Madagascar au bord de l’océan indien, il ne lui faut qu’une fraction de seconde pour atteindre le fond de la mer Méditerranée ou le fond du lac Baïkal.

Aganta Kairos tisse des liens entre 6 points de notre terre avec les témoins de l’invisible qui regardent la mer, le ciel et les étoiles au bord des 6 océans, Baïkal compris.

 

clic sur image

Télécharger

Baïkal door, 2018

tirage fine art contrecollé sur  dibond
Edition de 5 exemplaires, 40 x 90 cm, 1200 €

 

Prise de vue de l’exposition

Aganta Kairos et les 6 océans, laurent Mulot

14 sept >02 nov 2018

Prise de vue de l’exposition

Aganta Kairos et les 6 océans, laurent Mulot

14 sept >02 nov 2018

Photomultiplicateur de détection de neutrinos

de l Expérience ANTARES

Courtesy Centre de physique des particules de Marseille

Ghost Baikal experiment, 2018

tirage photographique contrecollé sur dibond

56 x 170 cm,  2300 euros

Valentin sacred tree, 2018

tirage sur dibond, édition de 5 ex, 41 x 61 cm

1000 € pièce,  2500 € les 3

Jacouli sacred trip in Olkthon, 2018

tirage fine art contrecollé sur  dibond
Edition de 5 exemplaires, 40 x 90 cm, 1200 €

Baïkal eye, 2018

tirage sur dibond, édition de 5 ex, 41 x 61 cm

1000 € pièce,  2500 € les 3

Baïkal window, 2018

tirage sur dibond, édition de 5 ex, 41 x 61 cm

1000 € pièce,  2500 € les 3

Baïkal link, 2018

tirage sur dibond, édition de 5 ex, 41 x 61 cm

1000 € pièce,  2500 € les 3

Bros Baïkal , 2018

tirage sur dibond, édition de 5 ex, 41 x 61 cm

1000 € pièce,  2500 € les 3

x

> A la galerie

Ana Zulma

L’étrange évidence : sur la vie et l’oeuvre de Jackie Kayser

7 juin > 12 août 2018

Sur Jackie Kayser, sa vie, son œuvre, sur les traces de l’homme.

Il y a un an, quand Ana Zulma rencontre Françoise Besson à Lyon dans sa galerie perchée sur les hauteurs de La Croix-Rousse, une troisième personne s’immisce dans leur échange : Jackie Kayser, disparu en 2004.

Faire d’une coïncidence une inévitable évidence devient alors une nécessité. À cette croisée des chemins, l’idée d’une cohabitation artistique entre l’ancienne élève et son enseignant s’impose…

Télécharger

Vue de l’exposition L’étrange évidence, Ana Zulma

7/06 > 12/08 2018

© Cyrille Cauvet

 

Ana Zulma, Les contes de Kayser synchronisent mes gestes (série), 2017/2018

Photographie, dessin, technique mixte, format variable

Exposition L’étrange évidence, Ana Zulma, 7/06 > 12/08 2018 © Cyrille Cauvet

 

 

Ana Zulma, Les contes de Kayser synchronisent mes gestes (série), 2017/2018

Photographie, dessin, technique mixte, format variable

Exposition L’étrange évidence, Ana Zulma, 7/06 > 12/08 2018 © Cyrille Cauvet

Ana Zulma, « enceinte, encendrée », 2018

peinture, fil de nylon, 13 x 18 cm

Exposition L’étrange évidence, Ana Zulma, 7/06 > 12/08 2018 © Cyrille Cauvet

Série « vie de Porcelaine » Travers précieux

Vue de l’exposition L’étrange évidence, Ana Zulma

7/06 > 12/08 2018

© Cyrille Cauvet

Acolytes

Vue de l’exposition L’étrange évidence, Ana Zulma

7/06 > 12/08 2018

© Cyrille Cauvet

Ana Zulma, « enceinte, encendrée », 2018, peinture, fil de nylon, 13 x 18 cm chaque

Exposition L’étrange évidence, Ana Zulma, 7/06 > 12/08 2018© Cyrille Cauvet

Vue de l’exposition L’étrange évidence, Ana Zulma

7/06 > 12/08 2018 © Cyrille Cauvet

Vue de l’exposition L’étrange évidence, Ana Zulma

7/06 > 12/08 2018© Cyrille Cauvet

Vue de l’exposition L’étrange évidence, Ana Zulma

7/06 > 12/08 2018

Vue de l’exposition L’étrange évidence, Ana Zulma

7/06 > 12/08 2018© Cyrille Cauvet

Ana Zulma, « enceinte, encendrée », 2018, peinture, fil de nylon, 13 x 18 cm chaque

Exposition L’étrange évidence, Ana Zulma, 7/06 > 12/08 2018© Cyrille Cauvet

Série « vie de Porcelaine » Nina K

Vue de l’exposition L’étrange évidence, Ana Zulma

7/06 > 12/08 2018

© Cyrille Cauvet

Ana Zulma, « enceinte, encendrée », 2018, peinture, fil de nylon, 13 x 18 cm chaque

Exposition L’étrange évidence, Ana Zulma, 7/06 > 12/08 2018© Cyrille Cauvet

x

> A l’étage

Awena Cozannet

Traversée

6 avril > 2 juin 2018

 

La galerie accueille à l’étage l’exposition Traversée d’Awena Cozannet rassemblant un ensemble de photographies, sculptures et dessins issus de la série Flottaison. Quand des hommes traversent la mer pour passer d’un continent à un autre, de leur pays à un autre pays. De cette réalité d’images et de vies en mouvement, en partance dont nous sommes submergés. De réalités de Méditerranée et du monde entier.

Quand un évènement contraint le déplacement. Quand ce déplacement génère des déplacements, de responsabilités, de statuts, d’états. Qu’est ce qui nous sépare ? Evoquer la ligne entre deux mondes…

Télécharger

Vue de l’exposition Traversée d’Awena Cozannet à l’étage de la galerie

6/04 > 2/06 2018

©Awena Cozannet

Vue de l’exposition Traversée d’Awena Cozannet à l’étage de la galerie

6/04 > 2/06 2018

©Awena Cozannet

Vue de l’exposition Traversée d’Awena Cozannet à l’étage de la galerie

6/04 > 2/06 2018

©Awena Cozannet

Vue de l’exposition Traversée d’Awena Cozannet à l’étage de la galerie

6/04 > 2/06 2018

©Awena Cozannet

Vue de l’exposition Traversée d’Awena Cozannet à l’étage de la galerie

6/04 > 2/06 2018

©Awena Cozannet

Vue de l’exposition Traversée d’Awena Cozannet à l’étage de la galerie

6/04 > 2/06 2018

©Awena Cozannet

Awena Cozannet, Flottaison (série), 2016

Photographie couleur Dibond, 45 x 30 cm, 15 ex

300 euros

Exposition Traversée d’Awena Cozannet à l’étage de la galerie

Vue de l’exposition Traversée d’Awena Cozannet à l’étage de la galerie

6/04 > 2/06 2018

©Awena Cozannet

Vue de l’exposition Traversée d’Awena Cozannet à l’étage de la galerie

6/04 > 2/06 2018

©Awena Cozannet

Awena Cozannet, Sans voix, 2018

Bic aquarelle crayon, 19 x 28  cm. 600 euros

Exposition Traversée d’Awena Cozannet à l’étage de la galerie

6/04 > 2/06 2018

©Awena Cozannet

Awena Cozannet, Flottaison (série), 2016

Photographie couleur sur Dibond, 80 x 53 cm, 15 ex

700 euros

Exposition Traversée d’Awena Cozannet à l’étage de la galerie

x

> A la galerie

C’est bien sûr l’horizon mais ce sont surtout les cloisons

Sébastien Faure, Rémy Jacquier, Frédéric Khodja

Jérémy Liron, Mengzhi Zheng

6 avril > 2 juin 2018

 

Les cinq artistes associés par l’incise C’est bien sûr l’horizon mais ce sont surtout les cloisons, répondent par différents médiums et réalisent une exposition (ne sont-ils pas cinq comme le fameux club ou les doigts nécessaires à l’ouvrage ?) :

Sébastien Faure + Rémy Jacquier + Frédéric Khodja + Jérémy Liron + Mengzhi Zheng

Réunir des opérateurs de gestes afin qu’ils construisent pour un espace, la galerie Françoise Besson, un langage qui s’ouvrirait comme une main par une question,

un peut être : Habiter en poète ?

Télécharger

Vue de l’exposition C’est bien sûr l’horizon mais ce sont surtout les cloisons

Sébastien Faure, Rémy Jacquier, Frédéric Khodja, Jérémy Liron,  Mengzhi Zheng

6/04 > 2/06 2018

©Cyrille Cauvet

Vue de l’exposition C’est bien sûr l’horizon mais ce sont surtout les cloisons

Sébastien Faure, Rémy Jacquier, Frédéric Khodja, Jérémy Liron,  Mengzhi Zheng

6/04 > 2/06 2018

©Cyrille Cauvet

Vue de l’exposition C’est bien sûr l’horizon mais ce sont surtout les cloisons

Sébastien Faure, Rémy Jacquier, Frédéric Khodja, Jérémy Liron,  Mengzhi Zheng

6/04 > 2/06 2018

©Cyrille Cauvet

Vue de l’exposition C’est bien sûr l’horizon mais ce sont surtout les cloisons

Sébastien Faure, Rémy Jacquier, Frédéric Khodja, Jérémy Liron,  Mengzhi Zheng

6/04 > 2/06 2018

©Cyrille Cauvet

Vue de l’exposition C’est bien sûr l’horizon mais ce sont surtout les cloisons

Sébastien Faure, Rémy Jacquier, Frédéric Khodja, Jérémy Liron,  Mengzhi Zheng

6/04 > 2/06 2018

©Cyrille Cauvet

Vue de l’exposition C’est bien sûr l’horizon mais ce sont surtout les cloisons

Sébastien Faure, Rémy Jacquier, Frédéric Khodja, Jérémy Liron,  Mengzhi Zheng

6/04 > 2/06 2018

©Cyrille Cauvet

Vue de l’exposition C’est bien sûr l’horizon mais ce sont surtout les cloisons

Sébastien Faure, Rémy Jacquier, Frédéric Khodja, Jérémy Liron,  Mengzhi Zheng

6/04 > 2/06 2018

©Cyrille Cauvet

Vue de l’exposition C’est bien sûr l’horizon mais ce sont surtout les cloisons

Sébastien Faure, Rémy Jacquier, Frédéric Khodja, Jérémy Liron,  Mengzhi Zheng

6/04 > 2/06 2018

©Cyrille Cauvet

Vue de l’exposition C’est bien sûr l’horizon mais ce sont surtout les cloisons

Sébastien Faure, Rémy Jacquier, Frédéric Khodja, Jérémy Liron,  Mengzhi Zheng

6/04 > 2/06 2018

©Cyrille Cauvet

x

> A la galerie

À dess(e)in, à deux voix

exposition avec les Editions du Chemin de Fer

Ronan Barrot, Christine Crozat, Philippe Favier, Marine Joatton, Frédéric Khodja, Florence Reymond, Sylvie Sauvageon

01 mars > 31 mars 2018

 

 

En collaboration avec les Editions du Chemin de Fer, la galerie Françoise Besson propose une exposition réunissant des artistes ayant exposé à la galerie et participé à un ouvrage aux Editions du Chemin de Fer. Ce salon du dessin qui se tiendra du 1er mars au 1er avril 2018 montrera les dessins originaux qui ont servi à illustrer l’ouvrage et un choix plus vaste d’œuvres sur papier de chaque artiste.

Comme toujours, la clé de voûte de cette exposition se retrouve être ce lien, ce tissage né des rencontres qui se muent en amitiés : fidélité, souci de transversalité, de croisement, d’échange, de diversité.

Télécharger

Vue de l’exposition À dess(e)in, à deux voix

Sylvie Sauvageon, Florence Reymond, Marine Joatton

01 mars > 31 mars 2018

Sylvie Sauvageon, Au mois d’aout (série), 2017

Crayon de couleur et gouache sur papier,  42 x 29,7 cm chaque

Exposition À dess(e)in, à deux voix 01 mars > 31 mars 2018

Vue de l’exposition À dess(e)in, à deux voix,

éditions du Chemin de Fer

01 mars > 31 mars 2018

 

Vue de l’exposition À dess(e)in, à deux voix, 

Florence Reymond

01 mars > 31 mars 2018

Florence Reymond, Sans titre, 2018

Technique mixte sur papier, dimensions variables

Exposition À dess(e)in, à deux voix,

01 mars > 31 mars 2018

Vue de l’exposition À dess(e)in, à deux voix,

01 mars > 31 mars 2018

Frédéric Khodja, Christine Crozat, Philippe Favier

Christine Crozat, Visage-paysage N° 05, 2018

Technique mixte, 29,7 x 21 cm

Exposition À dess(e)in, à deux voix,01 mars > 31 mars 2018

Christine Crozat, Visage-paysage N° 02, 2018

Technique mixte, 29,7 x 21 cm

Exposition À dess(e)in, à deux voix,01 mars > 31 mars 2018

Philippe Favier, La loi des bêtes (1 à 8), 2018

Collage et gouache sur papier, 21 x 17.6 cm chaque

Vue de l’exposition À dess(e)in, à deux voix,

01 mars > 31 mars 2018

Philippe Favier, Sans titre, 2018

Technique mixte sur papier, 28 x 38 cm

Exposition À dess(e)in, à deux voix,

01 mars > 31 mars 2018

Vue de l’exposition À dess(e)in, à deux voix, 

01 mars > 31 mars 2018

Florence Reymond, Marine Joatton

Marine Joatton, XVIIIème siècle, 2015

Huile sur papier, 140 x 140 cm

Exposition À dess(e)in, à deux voix, 

01 mars > 31 mars 2018

Vue de l’exposition À dess(e)in, à deux voix,

01 mars > 31 mars 2018

Marine Joatton, Frédéric Khodja

Frédéric Khodja, La Fille aux loups 5, 2015-2018

Dessin mine graphite sur papier vert et montage héliogravure, 40 x 33 cm

Exposition À dess(e)in, à deux voix, 01 mars > 31 mars 2018

Frédéric Khodja, Maison vide, 2015

Montage Héliogravure, 22 x 18 cm

Exposition À dess(e)in, à deux voix 

01 mars > 31 mars 2018

Vue de l’exposition À dess(e)in, à deux voix, 

01 mars > 31 mars 2018

Sylvie Sauvageon, Histoire naturelle, 2017/18

Crayon de couleur sur papier marouflé sur médium, format variable

Sylvie Sauvageon, Histoire naturelle, 2017/18

Crayon de couleur sur papier marouflé sur médium, format variable

Exposition À dess(e)in, à deux voix, 

01 mars > 31 mars 2018

x

>A la galerie

Clément Montolio

Basculement

15 décembre 2017 > 24 février 2018

Basculements est le titre de la sixième exposition personnelle de Clément Montolio à la galerie Françoise BESSON du 15 décembre 2017 au 24 février 2018, en résonance avec la 14ème biennale d’art contemporain « Mondes Flottants ».

 

 » A l’origine, les montagnes avaient de grandes ailes. Elles volaient dans le ciel et s’arrêtaient sur la terre, suivant leur plaisir. Alors la terre tremblait et vacillait. Indra coupa les ailes des montagnes. Il fixa les montagnes sur la terre pour la rendre stable. Les ailes devinrent des nuages. Depuis lors, les nuages s’amassent autour des cimes. »

(La ruine de KASCH de Roberto CALASSO)

 

En présence du mystère de la nature, l’homme prédisposé redécouvre le sentiment du sacré et peut ainsi s’y relier dans  » un basculement », une interrogation du monde qui la contient tout en la dépassant ; une sorte de rite de passage, de renaissance et de renouvellement.

 

Télécharger

Clément Montolio,

Sans titre, 2016, acrylique sur papier, 38,5 x 28,5 cm

800 euros

 

Clément Montolio,

Sans titre, 2016, acrylique sur papier, 38,5 x 28, 5 cm

800 euros

Clément Montolio,

Sans titre, 2017, aquarelle et gouache, 38,5 x 29 cm

800 euros

Clément Montolio,

Sans titre, 2017, Huile sur toile, 162 x 115 cm

5000 euros

Clément Montolio,

Sans titre, 2017, huile sur toile, 146 x 114 cm

4500 euros

Clément Montolio,

Sans titre, 2016

Acrylique sur papier, 38,5 x 28,5 cm

800 euros

Clément Montolio,

Sans titre, 2016

Acrylique sur papier, 38,5 x 28,5 cm

800 euros

x

> A l’étage

Christelle Cantereau

Point de rencontre 

15 décembre 2017 > 24 février 2018

Christelle Cantereau, pour la première fois à l’étage de la galerie Françoise Besson du 15 décembre au 24 février est invitée à présenter deux facettes de son travail :
Les deux premières séries présentées, s’intitulant « J’étais une princesse », abordent des thèmes récurrents dans mon travail : il y est question d’identité, de mémoire, du souvenir et de la réminiscence, mais également de l’image mentale et de son double imprimé : l’image
« spéculaire » telle que définie par Lacan.
Mais, au-delà de ces questionnements, la motivation de ce travail est la mise en jeu de l’intime et son basculement dans l’universalité. La recomposition du souvenir, par touches successives,renverse ce qui ressemble à un autoportrait pour finalement lui donner une valeur universelle.

Télécharger

vue de l’exposition  Point de rencontre 

Christelle Cantereau

15 décembre 2017 > 24 février 2018

vue de l’exposition  Point de rencontre 

Christelle Cantereau

15 décembre 2017 > 24 février 2018

vue de l’exposition  Point de rencontre 

Christelle Cantereau

15 décembre 2017 > 24 février 2018

vue de l’exposition  Point de rencontre 

Christelle Cantereau 15 décembre 2017 > 24 février 2018

Série Convergences, 2017, 5 x 52 cm
Caisson bois, dispositif électrique (leds)
& radiographies médicales
1700 €

 

vue de l’exposition  Point de rencontre 

Christelle Cantereau

15 décembre 2017 > 24 février 2018

vue de l’exposition  Point de rencontre 

Christelle Cantereau 15 décembre 2017 > 24 février 2018

vue de l’exposition  Point de rencontre 

Christelle Cantereau 15 décembre 2017 > 24 février 2018

La photo de classe, « J’étais une princesse », 2016

photographie, 20 x 20 cm

600 euros

La Plage, « Roscoff »

impression photographique et broderie sur tissus, 100 x 100 cm

600 euros

Le bateau, 2016

Impression photographique et broderie sur tissu, 100 x 100 cm

600 euros

Le café, 2016

impression photographique et broderie sur tissu, 100 x 100 cm

3800 euros

Ne vois tu rien venir, 2015

600 euros

x

2017

A la galerie

Marie Anita Gaube

Meeting Point

20 octobre > 9 décembre 2017

Après Nouvelles aires, en 2015, Marie Anita Gaube est pour la deuxième fois à l’affiche du 10 rue
de Crimée pour une exposition personnelle. Meeting point se tiendra à la galerie du 20 octobre
au 9 décembre 2017, en résonance avec la 14 ème biennale dʼart contemporain de Lyon.
A la lumière de cette exposition, qui réunira un choix de peintures et de dessins, on remarquera la
maturité acquise par l’artiste d’expo en expo comme en témoignent les questionnements qui
guident sa recherche picturale :

« Moi : C’est ici, vous y êtes !
Lui : bon ! Est-ce bien ce lieu idyllique dont on m’avait parlé ?
Moi : Si tu crois ce qu’on te dit, tu te trompes…
Lui : »
« Celui qui sait ne peut aller au-delà d’un horizon connu »
Georges Bataille, l’expérience mystique

Télécharger

vue de l’exposition meeting Point, Marie-Anita Gaube

20 octobre > 9 décembre 2017

 

Fragment d’un discours amoureux, 2017

huile sur toile 120 x 170 cm, disponible

Exposition Meeting Point, Marie-Anita Gaube

20 octobre > 9 décembre 2017

 

Le passeur, 2017, aquarelle, encre et graphite, 30 x 40 cm, collection

Exposition Meeting Point, Marie-Anita Gaube

20 octobre > 9 décembre 2017

 

Traverser l’horizon, 2017, aquarelle, encre et  graphite, 30 x 40 cm, disponible

Exposition Meeting Point, Marie-Anita Gaube

20 octobre > 9 décembre 2017

 

Infested river, 2017,Infested river#2, 2017, huile sur toile, 180 x 150 cm, disponible

Exposition Meeting Point, Marie-Anita Gaube

20 octobre > 9 décembre 2017

 

La mort vous va si bien, 2017, huile sur toile, 146 x 114 cm, disponible

Exposition Meeting Point, Marie-Anita Gaube

20 octobre > 9 décembre 2017

Your shift, ( storm warning) 2017, huile sur toile, 170 x 120 cm, disponible

Exposition Meeting Point, Marie-Anita Gaube

20 octobre > 9 décembre 2017

 

New World , 2017, huile sur toile, 150 x 180 cm, disponible

Exposition Meeting Point, Marie-Anita Gaube

20 octobre > 9 décembre 2017

 

The escape, 2017, huile sur toile, 100 x 75 cm, disponible

Exposition Meeting Point, Marie-Anita Gaube

20 octobre > 9 décembre 2017

 

x

Hors les murs > [art]room Thônes

Frédéric Khodja

Oui certainement, Oui absolument, Maintenant absolument

21 0ctobre > 02 décembre 2017

 

2ème volet de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument

Hors les murs > [art]room Thônes

Rêve d’exposition-réalisation, 2017
Feutres à l’alcool sur papier, 80 x 120 cm

3000 euros

Rêve d’exposition-mur, 2017
Feutres à l’alcool sur papier, 80 x 120 cm

3000 euros

Théâtres de fonds, 2017
Feutres à l’alcool, feutres peintures, acryliques sur papier,

50 x 65 cm , 2000 euros

 

Théâtres de fonds, 2017
Feutres à l’alcool, feutres peintures, acryliques sur papier,

50 x 65 cm , 2000 euros

Architectures fantômes, 2016 / 2017

Feutres à l’alcool, feutres peintures acryliques sur papier,

50 x 65 cm , 2000 euros

Architectures fantômes, 2016 / 2017
Feutres à l’alcool et feutres peintures acryliques sur papier
50 X 65 cm, 2000 euros

Architecture perdue, 2017
Volume / Bois de balsa et peinture vinylique,, 15 x 10 x 15 cm

700 euros

x

> À la galerie

Des pouvoirs des écrans

Laurent Mulot, Bruno Metra, Marta Nijhuis, Thaïva Ouaki

09 septembre > 15 octobre 2017

Françoise Besson accueille le professeur Mauro Carbone comme commissaire de l’exposition DES POUVOIRS DES ECRANS, qui réunira les artistes Bruno Metra,
Laurent Mulot, Marta Nijhuis, et Thaïva Ouaki.
Cette exposition, qui aura lieu du 14 septembre au 15 octobre 2017 constitue un des quatre volets d’un projet transdisciplinaire que Mauro Carbone, philosophe,
spécialiste d’esthétique contemporaine à l’Université de Lyon, membre senior de l’Institut Universitaire de France, auteur de l’ouvrage Philosophie-écrans (Paris, Vrin, 2016), dirigera dans le cadre du Focus Résonance de la 14e Biennale d’Art Contemporain de Lyon.

Télécharger

vue de l’exposition du pouvoir des écrans,

09 septembre > 15 octobre 2017

Laurent Mulot, No Signal, Lovers journey

Bruno Metra, Attraction

Bruno Metra , Attraction  2017, installation
écrans, bois, plexi, métal, 136 x 61 x 70 cm

exposition du pouvoir des écrans, 09 septembre > 15 octobre 2017

4800 euros

Laurent Mulot, Lovers Journey 2014

vue de l’exposition du pouvoir des écrans,

09 septembre > 15 octobre 2017

5000 euros

Laurent Mulot, Dreamscreen 2017

Exposition du pouvoir des écrans,

09 septembre > 15 octobre 2017

2000 euros

Marta Nijhuis, Faire écran II 2017

vue de l’exposition du pouvoir des écrans,

09 septembre > 15 octobre 2017

5000 euros

 

Bruno Metra, Screen #1  2016

Exposition du pouvoir des écrans,

09 septembre > 15 octobre 2017

1900 euros

Marta Nijhuis, Le monde flottant des écrans 2017
Vinyle, écran tactile avec caméra

vue de l’exposition du pouvoir des écrans

09 septembre > 15 octobre 2017

 

Thaïva Ouaki, Série Merges 2017

Exposition du pouvoir des écrans

09 septembre > 15 octobre 2017

30 x 45 cm : 680 €
40 x 60 cm : 780 €
50 x 75 cm : 880 €

Bruno Metra , Attraction 2017, installation
écrans, bois, plexi, métal, 136 x 61 x 70 cm

exposition du pouvoir des écrans,

09 septembre > 15 octobre 2017

4800 euros

Bruno Metra , Attraction  2017, installation
écrans, bois, plexi, métal, 136 x 61 x 70 cm

exposition du pouvoir des écrans

09 septembre > 15 octobre 2017

4800 euros

Bruno Metra , Attraction 2017, installation
écrans, bois, plexi, métal, 136 x 61 x 70 cm

exposition du pouvoir des écrans, 09 septembre > 15 octobre 2017

Bruno Metra , Attraction 2017, installation & performance.
écrans, bois, plexi, métal, 136 x 61 x 70 cm

exposition du pouvoir des écrans, 09 septembre > 15 octobre 2017

Bruno Metra , Attraction 2017, installation
écrans, bois, plexi, métal, 136 x 61 x 70 cm

exposition du pouvoir des écrans, 09 septembre > 15 octobre 2017

Bruno Métra & Stéphane Durand, Cour interdite 2017

Tirage sur bâche, pollution, 100 x 80 cm

vue de l’exposition du pouvoir des écrans

09 septembre > 15 octobre 2017

Bruno Métra & Stéphane Durand, Cour interdite 2017
Tirage sur bâche, pollution, 100 x 80 cm

vue de l’exposition du pouvoir des écrans

09 septembre > 15 octobre 2017

2000 euros

 

x

> A l’Étage

Thaïva Ouaki

Supervision

09 septembre > 15 octobre 2017

Thaïva Ouaki décline dans l’exposition Supervision le thème de la surveillance et plus généralement du regard social. Par le biais du dessin, de la photographie et du volume, différents dispositifs de surveillance sont réinvestis. Les vues à facettes des caméras montrent sans aucun angle mort des espaces vides : un jeu de résistance s’installe entre observateurs et observés.

Vue de l’exposition Supervision

Thaïva Ouaki

09 septembre > 15 octobre 2017

Vue de l’exposition Supervision

Thaïva Ouaki

09 septembre > 15 octobre 2017

Supervision, Thaïva Ouaki

09 septembre>15 octobre 2017

Supervision, Thaïva Ouaki

09 septembre>15 octobre 2017

Supervision, Thaïva Ouaki

09 septembre>15 octobre 2017

Supervision, Thaïva Ouaki

09 septembre>15 octobre 2017

Supervision, Thaïva Ouaki

09 septembre>15 octobre 2017

Supervision, Thaïva Ouaki

09 septembre>15 octobre 2017

Supervision, Thaïva Ouaki

09 septembre>15 octobre 2017

Supervision, Thaïva Ouaki

09 septembre>15 octobre 2017

Supervision, Thaïva Ouaki

09 septembre>15 octobre 2017

x

Hors les murs > [art]room Thônes

Le vent souffle où il veut

07 juillet > 05 août 2017

2 ème volet de l’exposition  Le vent souffle où il veut réunissant 7 artistes femmes :

Marion Charlet

Claire Chauvel

Marion Davout

Marie-Anita Gaube

Marine Joatton

Florence Reymond

Lise Roussel

Sous le commissariat de Clément Montolio

Marion Charlet, The Millenials, 2017

Sans titre, graphite sur papier 100 x 70 cm ou 70 x 100 cm

Claire Chauvel, L’endroit ou c’est, diptyque, 2016

huile sur toile, 126 x 116 cm

 

Marion Davout, Les déserts, les paradis,  2016

huile sur toile, 24 x 33 cm

Marie Anita Gaube, Vestiges, 2016

aquarelle & graphite sur papier

Marine Joatton, les marionnettes, 2016

pastels sur papier, 50 x 60 cm

 

Florence Reymond, Nature morte 2

huile sur toile, 156 x 116 cm

Lise Roussel, vue d’exposition

Prismes (série de 12), 2016
Aquarelle, Acrylique, encre de Chine et collages sur papier, 59.4 x 42 cm

x

> A la galerie

Frédéric Khodja

Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument

1er juin > 31 juillet 2017

 

Le patrimoine de gestes qui fait dessiner ce qui disparaît
les restes de paysages
dans l’espace de petits volumes de bois peints
des tracés de couleurs en mémoire
des oublis et des manques
sous forme de réserves dans les dessins
fantômes d’architectures arpentés dans le rêve
agencés en épisodes
comme propositions de réponses

Télécharger

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

 

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

 

Vue de l’exposition Oui certainement, oui absolument, maintenant absolument, Frédéric Khodja © Cyrille Cauvet

1er juin > 31 juillet 2017

x

>À la galerie

Le vent souffle où il veut

Marion Charlet, Claire Chauvel, Marion Davout, Marie-Anita Gaube, Marine Joatton, Florence Reymond et Lise Roussel

13 avril > 25  mai 2017

 

La Galerie Françoise Besson invite sept artistes à investir ses murs dans le cadre d’une exposition qui dépasse l’événement manifeste de même que l’image instantanée d’une production artistique marquée par un courant. Aucune innocence, cependant, dans la sélection des artistes qui ont accepté cette invitation ; sept affirmations de visions de peintres: Marion Charlet, Claire Chauvel, Marion DAvout, Marie-Anita Gaube, Marine Joatton, Florence Reymond et Lise Roussel.

Télécharger

vue de l’exposition le vent souffle où il veut 

Marion Charlet, Claire Chauvel, Marion Davout, Marie-Anita Gaube, Marine Joatton, Florence Reymond et Lise Roussel

13 avril > 25  mai 2017

vue de l’exposition le vent souffle où il veut 

Marion Charlet, Claire Chauvel, Marion Davout, Marie-Anita Gaube, Marine Joatton, Florence Reymond et Lise Roussel

13 avril > 25  mai 2017

vue de l’exposition le vent souffle où il veut 

Marion Charlet, Claire Chauvel, Marion Davout, Marie-Anita Gaube, Marine Joatton, Florence Reymond et Lise Roussel

13 avril > 25  mai 2017

Lise Roussel

Le mur, 2018

acrylique sur papier, 101 x 101 cm, disponible

Exposition le vent souffle où il veut  13 avril > 25  mai 2017

Marion Charlet,

The Millenials Serie, 2015

Mine de plomb sur papier, 80 x 65

disponible

Exposition le vent souffle où il veut  13 avril > 25  mai 2017

Marion Charlet,

The Millenials Serie, 2015

Mine de plomb sur papier, 80 x 65

Exposition le vent souffle où il veut  13 avril > 25  mai 2017

 

Claire Chauvel,

Arbre, 2016,  huile sur toile

Exposition le vent souffle où il veut  13 avril > 25  mai 2017

Claire Chauvel,

L’endroit où c’est, 2016

Huile sur toile, 162 x 117 cm

Exposition le vent souffle où il veut  13 avril > 25  mai 2017

 

Marion Davout,

Les desserts les paradis, 2016

Huile sur toile, 24 x 33 cm

Exposition le vent souffle où il veut  13 avril > 25  mai 2017

Marie-Anita Gaube,

L’autre rive, 2016

Huile et pastel sec sur toile, 200 x 160 cm

Exposition le vent souffle où il veut  13 avril > 25  mai 2017

Marie-Anita Gaube,

Entracte, 2016

Huile sur toile, 185 x 133 cm

Exposition le vent souffle où il veut  13 avril > 25  mai 2017

Marine Joatton,

Un air de famille, 2016

Gouache sur papier

Exposition le vent souffle où il veut  13 avril > 25  mai 2017

Florence Reymond,

Nature morte, 2016

Huile sur toile, 156 x 116 cm

Exposition le vent souffle où il veut  13 avril > 25  mai 2017

x

>A la galerie

Structure(s)du silence : hommage à Aurélie Nemours

Aurélie Nemours,

Jean Charasse, Christine Crozat, Chantal Fontvieille, Gilles Perraudin

08 mars > 11 avril 2017

 

 

Structure(s) du silence,
Hommage à Aurélie Nemours, qui réunit Jean Charasse, Gilles Perraudin, Chantal Fontvieille et Christine Crozat autour de l’oeuvre d’Aurélie Nemours. Le titre de cette exposition, qui renvoie à une série éponyme d’Aurélie Nemours datant des années 80 (1983-90), fait écho aux œuvres de l’artiste présentes au sein de l’exposition, plus d’une dizaine de gouaches datant du début des années 80.

Télécharger

vue de l’exposition structure(s) du silence

Aurélie Nemours, Jean Charasse

08 mars > 11 avril 2017

vue de l’exposition structures du silence

Aurélie Nemours

08 mars > 11 avril 2017

 

vue de l’exposition structures du silence

Aurélie Nemours

08 mars > 11 avril 2017

Aurélie Nemours, Sans titre, 1981
gouache sur papier, signée au dos, 35 x 27 cm

exposition Structure(s) du silence , 08 mars > 11 avril 2017

chaque 7000 €, Les 4  25000 €

Aurélie Nemours, Sans titre, 1981
gouache sur papier, signées au dos, 35 x 27 cm

exposition Structure(s) du silence , 08 mars > 11 avril 2017

Chaque : 7000 €, les 4 :25000 €

Aurélie Nemours, Sans titre, 1981
gouache sur papier, signée au dos, 35 x 27 cm

exposition Structure(s) du silence , 08 mars > 11 avril 2017

7000 € chaque, 25000 les 4

Aurélie Nemours, Sans titre, 1981
gouache sur papier, signée au dos, 35 x 27 cm

exposition Structure(s) du silence , 08 mars > 11 avril 2017

7000 € chaque, 25000 les 4

Aurélie Nemours, Sans titre, 1979
gouache sur papier, signée au dos, 22 x 18.5 cm

exposition Structure(s) du silence , 08 mars > 11 avril 2017

4000 euros chaque, 18000 les 5

Aurélie Nemours, Sans titre, 1979
gouache sur papier, signée au dos, 22 x 18.5 cm

exposition Structure(s) du silence 08 mars > 11 avril 2017

4000 euros chaque, 18000 les 5

Aurélie Nemours, Sans titre, 1979
gouache sur papier, signée au dos, 22 x 18.5 cm

exposition Structure(s) du silence , 08 mars > 11 avril 2017

4000 euros chaque, 18000 les 5

Aurélie Nemours, Sans titre, 1979
gouache sur papier, signée au dos, 22 x 18.5 cm

exposition Structure(s) du silence , 08 mars > 11 avril 2017

4000 euros chaque, 18000 les 5

Aurélie Nemours, Sans titre, 1979
gouache sur papier, signée au dos, 22 x 18.5 cm

exposition Structure(s) du silence , 08 mars > 11 avril 2017

4000 euros chaque, 18000 les 5

vue de l’exposition structures du silence,

08 mars > 11 avril 2017

Gilles Perraudin, Dessin Jardins Mystiques, 2006, crayon sur papier, 21 x 29.5

380 euros

 

vue de l’exposition structures du silence

Gilles Perraudin, Double isométrie des jardins mystiques, 2016, 50 x 60 cm

200 euros

vue de l’exposition structure(s) du silence

Gilles Perraudin, Dessin Jardins Mystiques, 2006, crayon sur papier, 21 x 29 cm,  380 euros

vue de l’exposition structures du silence

Christine Crozat, Balcon, hommage à Edouard Manet, 2015
technique mixte, 75 x 60cm

2200 euros

vue de l’exposition structures du silence

Christine Crozat, Balcon, hommage à F de Goya, 2015
technique mixte, 75 x 60 cm

2200 euros

vue de l’exposition structure(s) du silence

Jean Charasse, 12 constructions P2, 2016
technique mixte sur bois et textile

20 000 euros

vue de l’exposition structure(s) du silence

Jean Charasse, Constructions P4B, 2016
technique mixte sur bois et textile

1800 euros

 

vue de l’exposition structure(s) du silence

Jean Charasse, Constructions P4C, 2016
technique mixte sur bois et textile, 18 x 13 x 4.5 cm

1800 euros

vue de l’exposition structure(s) du silence

Jean Charasse, Constructions P4D, 2016
technique mixte sur bois et textile

08 mars > 11 avril 2017

vue de l’exposition structure(s) du silence

Chantal Fontvieille, Cible Cosmique, fluidité, 2015, gaufrage, encre de Chine, dispositif d’encadrement plexiglas 50

08 mars > 11 avril 2017

600 euros

vue de l’exposition structure(s) du silence

Chantal Fontvieille, Cible Cosmique, fluidité rouillée,  2015, gaufrage, encre de Chine, dispositif d’encadrement plexiglas 90

9000 euros

vue de l’exposition structure(s) du silence

Chantal Fontvieille, Cible Cosmique, série noire,, 2015, gaufrage, encre de Chine, dispositif d’encadrement plexiglas 50

5000 euros

vue de l’exposition structure(s) du silence

08 mars > 11 avril 2017

x

> A la galerie

Daniel Clarke

Black and White and things

03 décembre 2016 > 18 février 2017

Après l’exposition Matter Daniel Clarke et son exposition Black and white and things nous confrontent à la
profondeur des sentiments et à la force qu’il faut pour les déchiffrer et les rapporter du côté du
vivant. Du vivant, debout et toujours en marche…

Télécharger

Vue de l’exposition Black and white and things, 2016

Daniel Clarke

03 décembre 2016 > 18 février 2017

 

Vue de l’exposition Black and white and things, 2016

Daniel Clarke

03 décembre 2016 > 18 février 2017

Vue de l’exposition Black and white and things, 2016

Daniel Clarke

03 décembre 2016 > 18 février 2017

Vue de l’exposition Black and white and things, 2016

Daniel Clarke

03 décembre 2016 > 18 février 2017

Vue de l’exposition Black and white and things, 2016

Daniel Clarke

03 décembre 2016 > 18 février 2017

Vue de l’exposition Black and white and things, 2016

Daniel Clarke

03 décembre 2016 > 18 février 2017

Vue de l’exposition Black and white and things, 2016

Daniel Clarke

03 décembre 2016 > 18 février 2017

Vue de l’exposition Black and white and things, 2016

Daniel Clarke

03 décembre 2016 > 18 février 2017

Vue de l’exposition Black and white and things, 2016

Daniel Clarke

03 décembre 2016 > 18 février 2017

Vue de l’exposition Black and white and things, 2016

Daniel Clarke

03 décembre 2016 > 18 février 2017

x

2016

> A la galerie

Clément Montolio

Vers les forêts

15 septembre > 18 novembre 2016

Vers les forêts.
En Europe, comme sur d’autres continents, les forêts ont précédé les civilisations.
Outre les bienfaits matériels qu’elles ont fournis aux hommes, elles ont nourri leur imaginaire au fil
des siècles, imprégnant de poésie , de mystères et de symboles une part non négligeable de la
littérature et des arts.
Aller vers les forêts, c’est se projeter dans la part obscure du monde où l’on court peut-être le risque
de se perdre mais où il est possible d’errer dans des chemins pleins d’échos enchantés,intimes et
intacts.
C’est courir au-devant d’un sanctuaire aux multiples portes, où les paroles des grands ancêtres
résonnent encore et offrent à ceux qu’elles approchent comme un abri indispensable.
C’est métamorphoser un exil intérieur, auquel Pouchkine fait allusion dans sonEugène Onéguine *
( vers les forêts et vers les glaces ) en un voyage initiatique où les mystères de la vie s’entrouvrent à
peine pour retourner vers le fond de l’inconnu.
Clément Montolio

Télécharger

Sans titre, 2015

Acrylique sur toile, 162 x 144 cm

©Aline Perrier

Sans titre, 2015

Acrylique sur toile, 92 x 73 cm

©Aline Perrier

Sans titre, 2015

Acrylique sur toile, 92 x 73 cm

©Aline Perrier

Sans titre, 2015

Acrylique sur papier, 38 x 28 cm

©Aline Perrier

Sans titre, 2015

Acrylique sur papier, 38 x 28 cm

©Aline Perrier

Sans titre, 2015

Acrylique sur toile, 116 x 81 cm

©Aline Perrier

Sans titre, 2015

Acrylique sur toile, 116 x 81 cm

©Aline Perrier

x

> A la galerie

Gilles Verneret

Le voyage de Portugal

15 septembre > 18 novembre 2016

Le voyage de Portugal se tiendra à la galerie Françoise Besson du 15 septembre au 18 novembre
2016, en résonnance à Lyon Septembre de la photographie 2016.
A cette occasion la galerie édite le cahier de Crimée n°27 préfacé par Christiane Vollaire dont voici
un extrait :
L’industrie du tourisme, ouvrant des routes physiques à la déambulation, ouvre aussi des routes
symboliques à l’imaginaire. Ces routes physiques, rendues sûres et confortables, sont les mêmes que
des figures héroïsées empruntaient des siècles auparavant au milieu des périls. Mais l’imaginaire y
travaille tout autrement, y ouvrant d’autres routes symboliques. L’image laisse trace de ce travail de
reconstruction de l’imaginaire. De nouveaux segments du réel s’y exposent à l’interprétation. Des
prélèvements tranchés dans le vif, qui vont à leur tour ouvrir d’autres pistes à l’imagination. Le travail
photographique de Gilles Verneret, sensible et ouvert à l’interprétation, en témoigne ici…(…) une image
comme celle de ce mur dédié à Lisbonne, devant lequel s’assemblent ou se dispersent des silhouettes
originaires du continent africain, vient faire rappel et contrepoint à la beauté des étendues marines :
c’est dans cet horizon souvent impensé de la traite qu’il faut penser encore l’épopée contemporaine des
migrations et les violences auxquelles s’affrontent ceux qui résistent à la déroute (…)

Télécharger

Assurance publique,

Tirage fine art 70 x 90 cm, 5 ex, 1600 euros

Exposition le Voyage de Portugal

15 septembre > 18 novembre 2016

Phare d’Algarve, Lagos, 2016
Tirage fine art 70 x 90 cm, 5 ex, 1600 euros

Exposition le Voyage de Portugal

15 septembre > 18 novembre 2016

La divine famille 

Tirage fine art, 130 x 110 cm, 5 ex, 2500 €

Exposition le Voyage de Portugal

15 septembre > 18 novembre 2016

Cabo San Vicente, 2016

Tirage fine art, 110 x 90 cm, 5 ex, 2000 €

Exposition le Voyage de Portugal

15 septembre > 18 novembre 2016

 

Conquistador, 2016

Tirage fine art, 110 x 90 cm, 5 ex, 2000 €

Exposition le Voyage de Portugal

15 septembre > 18 novembre 2016

Le départ, 2016

Tirage fine art, 130 x 110 cm, 5 ex, 2400 €

Exposition le Voyage de Portugal

15 septembre > 18 novembre 2016

Les pavés du Mozambique, 2016

Tirage fine art, 80 x 80 cm, Ex 1/5 , 1600 €

Exposition le Voyage de Portugal

15 septembre > 18 novembre 2016

Port de Gênes, 2016

65 x 90 cm, Tirage fine art, 5 ex , 1500 €

Exposition le Voyage de Portugal

15 septembre > 18 novembre 2016

Le palais, musée Berardo , 2016
80 x 80 cm, Tirage fine art, ex 5, 1600 euros

Exposition le Voyage de Portugal

15 septembre > 18 novembre 2016

 

x

> A la galerie

A bords perdus

David Décamp, Lise Roussel, Mathieu Le Breton, Vincent Brunet

02 juin > 31 juillet 2016

Pour l’imprimeur, produire une image à bords perdus, c’est s’efforcer de rester dans le cadre
tout en s’interrogeant sur la marge. En conscience, c’est remettre en cause « la zone
tranquille ». Regroupant des oeuvres de 4 artistes façonnant le papier, à bords perdus vient nous
questionner sur ce que sont les couleurs primaires et les valeurs premières, sur ce présent que
nous a légué le passé et sur ce que l’avenir nous autorise.

Pierre Fruchard, commissaire de l’exposition.

Télécharger

vue de l’exposition A bords perdus

02 juin > 31 juillet 2016

David Décamp, Nature Morte, 2015
Oiseaux en bronze, feuilles en papier, écorces en pâte à papier artisanale, dimensions variables entre 4 et 5 m

 

David Décamp, Nature Morte, 2015
Oiseaux en bronze, feuilles en papier, écorces en pâte à papier artisanale, dimensions variables entre 4 et 5 m

vue de l’exposition A bords perdus 02 juin > 31 juillet 2016

vue de l’exposition A bords perdus

02 juin > 31 juillet 2016

Lise Roussel, CMJN 2,

Mathieu Le Breton, Vent debout

 

vue de l’exposition A bords perdus

02 juin > 31 juillet 2016

Lise Roussel, CMJ (Cyan Magenta Jaune), 2015

Acrylique, encre de chine et collage sur papier, 168 x 123 cm

vue de l’exposition A bords perdus

02 juin > 31 juillet 2016

Lise Roussel, Tondo, 2015

Acrylique, encre de chine et collage, 69,5 x 62, 5 cm

vue de l’exposition A bords perdus

02 juin > 31 juillet 2016

Mathieu Le Breton, Sésame, 2016,

 

vue de l’exposition A bords perdus

02 juin > 31 juillet 2016

Mathieu Le Breton, Scroll, 2016,

Papier tressé, 100 x 450 cm env.

vue de l’exposition A bords perdus

02 juin > 31 juillet 2016

Vincent Brunet, entrelacs, burin, eau forte et aquatinte, 40 x 34 cm

vue de l’exposition A bords perdus

02 juin > 31 juillet 2016

Vincent Brunet, paroles toltèques, vernis mou, 39 x 29.5 cm

vue de l’exposition A bords perdus

02 juin > 31 juillet 2016

David Decamp, journal d’un typographe, 2015, papier

Exposition A bords perdus

Matthieu Le Breton, cascade, 2016
Technique mixte sur papier texturé
42 x 30 cm (sous verre acrylique 49 x 37 cm)

Exposition A bords perdus

Matthieu Le Breton, Sésame or, 2016

Dorure à chaud sur bristol, 13 x 18 cm, caisse américaine en verre acrylique

x

> A la galerie

Alain Pillard

Réenchanter le monde

07 avril > 21 mai 2016

Encore une rencontre. Un coup de coeur de la galerie. Et une envie. Celle de présenter, d’exposer pour la
première fois le travail d’Alain Pillard. Artiste invité. Travail sur le présent, les petites choses simples du
quotidien, d’aujourd’hui. Et une réflexion, un retour sur la mémoire, des carnets de voyage.
Alain pillard est un peintre, un photographe, un philosophe, un poète, un designer du quotidien. Il exploite
tous les domaines d’expression : photographie, aquarelle sculpture avec Lucie Richard, céramique avec
Sabine Orlandini , impression sur bâche ou sur lino, sponsorisé par ATC.

Télécharger

Vue de l’exposition Réenchanter le monde, Alain Pillard 07 avril > 21 mai 2016

©Jules Roeser

Vue de l’exposition Réenchanter le monde, Alain Pillard 07 avril > 21 mai 2016

©Jules Roeser

Vue de l’exposition Réenchanter le monde, Alain Pillard 07 avril > 21 mai 2016

©Jules Roeser

Vue de l’exposition Réenchanter le monde, Alain Pillard 07 avril > 21 mai 2016

©Jules Roeser

Vue de l’exposition Réenchanter le monde, Alain Pillard 07 avril > 21 mai 2016

©Jules Roeser

Vue de l’exposition Réenchanter le monde, Alain Pillard 07 avril > 21 mai 2016

©Jules Roeser

Vue de l’exposition Réenchanter le monde, Alain Pillard 07 avril > 21 mai 2016

Céramique de Sabine Orlandini

©Jules Roeser

Vue de l’exposition Réenchanter le monde, Alain Pillard 07 avril > 21 mai 2016

Céramique de Sabine Orlandini

©Jules Roeser

Vue de l’exposition Réenchanter le monde, Alain Pillard 07 avril > 21 mai 2016

©Jules Roeser

Vue de l’exposition Réenchanter le monde, Alain Pillard 07 avril > 21 mai 2016

©Jules Roeser

Vue de l’exposition Réenchanter le monde, Alain Pillard 07 avril > 21 mai 2016

©Jules Roeser

Vue de l’exposition Réenchanter le monde, Alain Pillard 07 avril > 21 mai 2016

©Jules Roeser

Vue de l’exposition Réenchanter le monde, Alain Pillard 07 avril > 21 mai 2016

©Jules Roeser

Vue de l’exposition Réenchanter le monde, Alain Pillard 07 avril > 21 mai 2016

©Jules Roeser

Vue de l’exposition Réenchanter le monde, Alain Pillard 07 avril > 21 mai 2016

©Jules Roeser

x

> A la galerie

Chantal Fontvieille

Entre arbre et cible

04 février > 31 mars 2016

Après Liage en 2007, première exposition personnelle à la Galerie Françoise Besson, Mise en Cible
en 2012, Chantal Fontvieille propose une nouvelle déclinaison, Entre arbre et cible du 4 février au
29 mars 2016. Cette exposition résonne avec l’installation que l’artiste proposera { Art Paris-Art Fair
au Grand Palais du 31 mars au 3 avril 2016.

Télécharger

Grande cible, racine nomade

156 x 263 x 20 cm, 20 000 euros

Exposition, Entre arbre et cible 

Chantal Fontvieille, 04 février > 31 mars 2016

 

Vue d’exposition Entre arbre et cible

Chantal Fontvieille

04 février > 31 mars 2016

Vue d’exposition Entre arbre et cible

Chantal Fontvieille

04 février > 31 mars 2016

Vue d’exposition Entre arbre et cible

Chantal Fontvieille

04 février > 31 mars 2016

Vue d’exposition Entre arbre et cible

Chantal Fontvieille

04 février > 31 mars 2016

Vue d’exposition Entre arbre et cible

Chantal Fontvieille, 04 février > 31 mars 2016

Cible racine 4, 2015, peinture, gravure sur racine, 43 x 45 x 13
8 500 €

Vue d’exposition Entre arbre et cible

Chantal Fontvieille

04 février > 31 mars 2016

Vue d’exposition Entre arbre et cible

Chantal Fontvieille, 04 février > 31 mars 2016

cible racine 3, 8 500 €

Arbre Cible n°50, 2014
Gaufrage, rouille, encre de Chine, Dispositif d’encadrement plexiglas 50
6 800 €

Arbre Cible n°54, 2014
Gaufrage, rouille, encre de Chine, Dispositif d’encadrement plexiglas 50
6 800 €

Arbre Cible n°9, 2014
Gaufrage, rouille, encre de Chine
Dispositif d’encadrement plexiglas 98
13 500 €

x

> A la galerie

Guillaume Robert

Vérifier l’Arcadie

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

Après This isn’t a poem, première exposition personnelle à la Galerie Françoise Besson en 2010,
Guillaume Robert nous propose de Vérifier l’Arcadie du 12 décembre 2015 au 30 janvier 2016,
exposition en résonance à la biennale d’art contemporain de Lyon.
Nous cheminerons entre sculpture, installation, photo et vidéo.
Les recherches artistiques de Guillaume Robert composent des micro-mondes, inventent des territoires à
la croisée des champs (littérature, science, géopolitique, histoire de l’art…). Il en résulte des expériences
réflexives, poétiques et parfois purement sensitives.

Télécharger

Vue de l’exposition Vérifier l’Arcadie,

Guillaume Robert

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

Vue de l’exposition Vérifier l’Arcadie,

Guillaume Robert

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

Vue de l’exposition Vérifier l’Arcadie,

Guillaume Robert

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

Vue de l’exposition Vérifier l’Arcadie,

Guillaume Robert

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

Vue de l’exposition Vérifier l’Arcadie,

Guillaume Robert

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

Vue de l’exposition Vérifier l’Arcadie,

Guillaume Robert

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

Vue de l’exposition Vérifier l’Arcadie,

Guillaume Robert

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

 

Vue de l’exposition Vérifier l’Arcadie,

Guillaume Robert

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

Vue de l’exposition Vérifier l’Arcadie,

Guillaume Robert

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

Vue de l’exposition Vérifier l’Arcadie,

Guillaume Robert

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

Vue de l’exposition Vérifier l’Arcadie,

Guillaume Robert

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

Vue de l’exposition Vérifier l’Arcadie,

Guillaume Robert

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

Vue de l’exposition Vérifier l’Arcadie,

Guillaume Robert

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

Vue de l’exposition Vérifier l’Arcadie,

Guillaume Robert

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

Vue de l’exposition Vérifier l’Arcadie,

Guillaume Robert

12 décembre 2015 > 30 janvier 2016

x

2015

> A l’Etage

Stéphane Charpentier

Eclairages

15 octobre > 30 décembre 2015

Pour sa première exposition au premier étage de la galerie Françoise Besson, Stéphane Charpentier présente Éclairages, une sélection de photographies argentiques en noir et blanc, associées à d’autres plus anciennes, que le photographe a captées et accumulées ces dernières années dans toute l’Europe et particulièrement en Grèce, où il voyage régulièrement.

 

clic↑

Télécharger

Vue de l’exposition Éclairages, Stéphane Charpentier

15 octobre > 30 décembre 2015

Vue de l’exposition Éclairages, Stéphane Charpentier

15 octobre > 30 décembre 2015

Vue de l’exposition Éclairages, Stéphane Charpentier

15 octobre > 30 décembre 2015

photographie argentique, tirage en chambre noire par l’artiste

30-40cm : 1000€, 40-60cm : 1400€, 50-75cm : 1600€

 

photographie argentique, tirage en chambre noire par l’artiste

30-40cm : 1000€, 40-60cm : 1400€, 50-75cm : 1600€

 

photographie argentique, tirage en chambre noire par l’artiste

30-40cm : 1000€, 40-60cm : 1400€, 50-75cm : 1600€

photographie argentique, tirage en chambre noire par l’artiste

30-40cm : 1000€, 40-60cm : 1400€, 50-75cm : 1600€

photographie argentique, tirage en chambre noire par l’artiste

30-40cm : 1000€, 40-60cm : 1400€, 50-75cm : 1600€

photographie argentique, tirage en chambre noire par l’artiste

30-40cm : 1000€, 40-60cm : 1400€,50-75cm : 1600€

photographie argentique, tirage en chambre noire par l’artiste

30-40cm : 1000€, 40-60cm : 1400€, 50-75cm : 1600€

Vue de l’exposition Éclairages, Stéphane Charpentier

15 octobre > 30 décembre 2015

 

Vue de l’exposition Éclairages, Stéphane Charpentier

15 octobre > 30 décembre 2015

 

x

>A la galerie

Christine Crozat

Amanohashidate

15 octobre > 08 décembre 2015

Amanohashidate est l’énigmatique titre de la prochaine exposition qui se tiendra à la galerie Françoise Besson du 15 octobre au 8 décembre 2015.
Christine Crozat, l’artiste, nous a déjà dévoilé une facette de son œuvre en 2014 dans « identité de genre ».
Pour sa première exposition personnelle à la galerie, accompagnée de Pascale Triol, commissaire d’exposition, elle nous propose un parcours sensible à travers des dessins et des vidéos réalisées avec Pierre Thomé.

Télécharger

Vue de l’exposition Amanohashidate,

Christine Crozat

15 octobre > 08 décembre 2015

 

Vue de l’exposition Amanohashidate,

Christine Crozat

15 octobre > 08 décembre 2015

Vue de l’exposition Amanohashidate,

Christine Crozat

15 octobre > 08 décembre 2015

Vue de l’exposition Amanohashidate,

Christine Crozat

15 octobre > 08 décembre 2015

Vue de l’exposition Amanohashidate,

Christine Crozat

15 octobre > 08 décembre 2015

Vue de l’exposition Amanohashidate,

Christine Crozat

15 octobre > 08 décembre 2015

Vue de l’exposition Amanohashidate,

Christine Crozat

15 octobre > 08 décembre 2015

Balcon Hommage à Edouard Manet, 2015
technique mixte, 75 x 60cm, photo jllosi
2200€

Balcon Hommage à Francisco de Goya, 2015
technique mixte, 75 x 60cm, photo jllosi
2200€

Dérive autour d’une jambe 2014
technique mixte, 28,5 x 21,5cm,

650 €

dérive d’une jambe et d’une paire de collant, 2014
technique mixte, 47,7×37,5cm,

1200 €

Balcon Hommage à Diego Velasquez, 2015
technique mixte, 75 x 60cm , photo jllosi
2200€

Hommage à ceux qui ont perdu leurs jambes, 2015
technique mixte 2015 75 x 60cm, photo J losi

2200 €

Amanohashidate, 2015
vidéo en boucle, Ex 1/3
Christine Crozat et Pierre Thomé
1500 €

Hommage à ceux qui ont perdu leurs jambes, 2015
technique mixte 2015 75 x 60 cm, photo J losi

2200 €

dérive autour de deux jambes autour d’un paysage, 2014
technique mixte, 49 x 32 cm
1200 euros

Sans les loups hommage à Louise Bourgeois 2014
technique mixte, 64,5 x 48,5cm
1500 €

x

>A la galerie

Marie-Anita Gaube

Nouvelles aires

03 septembre – 08 octobre 2015

Une succession d’heureux hasards a conduit à la rencontre de Françoise Besson et de Marie Anita Gaube. Et très vite, l’évidence, au risque de bousculer la programmation de la galerie, fut de montrer le travail de cette jeune artiste. Françoise Besson, chercheuse de jeunes talents, renoue avec deux de ses principes du début : promouvoir la jeune génération d’artistes sur la scène artistique nationale et internationale, et défendre la peinture française. En résonance avec la biennale d’art contemporain de Lyon.

Télécharger

Vue de l’exposition Nouvelles Aires, Marie-Anita Gaube

3 sept > 8 oct 2015

Vue de l’exposition Nouvelles Aires, Marie-Anita Gaube

3 sept > 8 oct 2015

Vue de l’exposition Nouvelles Aires, Marie-Anita Gaube

3 sept > 8 oct 2015

Vue de l’exposition Nouvelles Aires, Marie-Anita Gaube

3 sept > 8 oct 2015

Vue de l’exposition Nouvelles Aires, Marie-Anita Gaube

3 sept > 8 oct 2015

Vue de l’exposition Nouvelles Aires, Marie-Anita Gaube

3 sept > 8 oct 2015

Vue de l’exposition Nouvelles Aires, Marie-Anita Gaube

3 sept > 8 oct 2015

Vue de l’exposition Nouvelles Aires, Marie-Anita Gaube

3 sept > 8 oct 2015

x

> A l’Etage

Lise Roussel

Panorama

03 septembre > 08 octobre 2015

Biennale de Lyon résonance
Les œuvres présentées à la Galerie Françoise Besson ont été achevées en avril 2015 dans l’atelier du sérigraphe lyonnais Olivier Bral.
Cette suite de 18 pièces uniques sérigraphiées sur panneaux de bois découle naturellement de la pratique de peinture, de collage et de découpage de Lise Roussel. L’énergie en a été décuplée tout en conservant une indéniable picturalité.
Afin d’exploiter au mieux les possibilités qu’offre la sérigraphie (qualité de surface, transparence ou opacité des encres, éclat des couleurs, superpositions, duplication de motifs…) et de la rendre compatible avec les enjeux de la peinture de Lise Roussel, cette technique a ici été utilisée de multiples manières, de la plus traditionnelle à la plus expérimentale.
Ce projet a été réalisé avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication.

Télécharger

Panorama (série), 2015

18 pièces uniques de 90 x 75 cm (encadrées 92 x 77 cm)

sérigraphie sur bois
1900 €

Panorama (série), 2015

18 pièces uniques de 90 x 75 cm (encadrées 92 x 77 cm)

sérigraphie sur bois
1900 €

Panorama (série), 2015

18 pièces uniques de 90 x 75 cm (encadrées 92 x 77 cm)

sérigraphie sur bois
1900 €

Panorama (série), 2015

18 pièces uniques de 90 x 75 cm (encadrées 92 x 77 cm)

sérigraphie sur bois
1900 €

Panorama (série), 2015

18 pièces uniques de 90 x 75 cm (encadrées 92 x 77 cm)

sérigraphie sur bois
1900 €

Panorama (série), 2015

18 pièces uniques de 90 x 75 cm (encadrées 92 x 77 cm)

sérigraphie sur bois
1900 €

Panorama (série), 2015

18 pièces uniques de 90 x 75 cm (encadrées 92 x 77 cm)

sérigraphie sur bois
1900 €

Lithos 2014
encadrées 60 x 48 cm
lithographie, technique mixte et collage sur papier
900 €

Lithos 2014
encadrées 60 x 48 cm
lithographie, technique mixte et collage sur papier
900 €

x

> A la galerie

Jean Charasse

Vertical

06 juin > 20 août 2015

 

Pour clore la saison, avant l’arrivée de l’été, Françoise Besson invite pour la première fois dans une exposition monographique, Jean Charasse à présenter son travail de sculpteur, couvrant les années 2011 à 2015. Vertical, titre de l’exposition s’inscrit parfaitement dans la philosophie de la galeriste en ce qu’elle affirme la verticalité de l’homme, propos de l’exposition anniversaire des 10 ans de la galerie en septembre dernier.
A cette occasion, la galerie publie sous le titre éponyme, le 23 ième Cahier de Crimée.

Télécharger

Vue de l’exposition Vertical Jean Charasse,

06 juin > 20 août 2015

 

Vue de l’exposition Vertical Jean Charasse,

06 juin > 20 août 2015

Vue de l’exposition Vertical Jean Charasse,

06 juin > 20 août 2015

Vue de l’exposition Vertical Jean Charasse,

06 juin > 20 août 2015

Construction P4D, 2015, 49 x 7 x 6,5cm, 2000 €
Construction P4E, 2015, 47 x 6,5 x 6,5cm, 2000 €
Construction P7B, 2014, 46.5 x 8 x 7cm, 2400€
technique mixte sur boisVue de l’exposition Vertical Jean Charasse, 06 juin > 20 août 2015

 

Construction P6B, 2014

45 x 9,5 x 6 cm, 2200 euros

Vue de l’exposition Vertical Jean Charasse,

06 juin > 20 août 2015

Vue de l’exposition Vertical Jean Charasse,

06 juin > 20 août 2015

Construction P7C, 2013

23,5 x 15 x 6 cm, 1600 €

 

Vue de l’exposition Vertical Jean Charasse,

06 juin > 20 août 2015

Construction P3A, 2014

24 x 19 x 5,5 cm, 1800 euros

 

 

 

Vue de l’exposition Vertical Jean Charasse,

06 juin > 20 août 2015

Construction P4B, 2014

23 x 17 x 4,5 cm,  1800 €

 

Vue de l’exposition Vertical Jean Charasse,

06 juin > 20 août 2015

Construction P8B, 2012

41 x 10 x 10 cm, 2700 €

 

Construction P4E, 2014

30,5 x 23,5 x 5,5 cm, 2900 euros

Vue de l’exposition Vertical Jean Charasse,

06 juin > 20 août 2015

x

> A l’Etage

Traces, sur les traces des grands demeurants

Gilles Verneret

30 avril > 06 juin 2015

J’aurais vu ce que d’autres yeux ont vu, sur les traces des grands demeurants.
Des hommes sont passés avec leur regard sur les choses, puis ont passé. Leurs demeures ont disparu et ils demeurent. Ils sont morts et vivants dans leurs œuvres. Traces de pierre et de papier que leurs pas ont foulé. Ils ont vu parfois ce que le photographe repère. Quête de repères. Lutte contre la perte. Nostalgie figée et glacée. Revenir sur les traces de la perpétuation. Fascination de l’épaisseur des lieux recréée par l’imaginaire. On ne retrouve rien, pas même des souvenirs. Le pèlerinage est un leurre qui pousse à l’agir, mais égare dans la fuite si l’on n’y prend garde. Mais la sensibilité se plait à cette dérive. Le temps perdu, qui n’est pas une abstraction retenue par des mots, se mire dans une image que l’on se plait à saisir. Prélèvement dans le présent, de bouts de passé qui n’en sont plus.
Réanimation de la mémoire qui bat au rythme du cœur. Comme un chasseur d’œil qui scrute l’imaginaire et en rapporte des inserts. Et le présent capté dans l’instant incisif recouvre les restes de mémoire, et le passé ré-exhumé arbitrairement fait le lien avec l’aujourd’hui.
Volonté autobiographique d’hommage aux grands demeurants, ceux qui ont marqué la psyché du témoin voyageur. Espérance de rejoindre par l’imagerie mentale, celle de l’autre, spectateur innocent, qui croise impromptument ces traces revisitées. Le présent inscrirait sans cesse ses tentacules dans la glaise de l’histoire, par peur de disparaître infiniment et la période d’après guerre, survolée jusqu’aux abords du siècle nouveau, revivrait – ou plutôt réaviverait – ce qui ne veut pas mourir : l’argentique désespéré qui surplombe les morts et les retient dans des carrés de lumière morte. L’on comprend alors que les demeurants demeurent plus que jamais dans le vécu d’ici et d’ailleurs, prêts à bondir de leur écriture lumineuse, plus forte que la trivialité quotidienne. Le réel courbe les genoux devant la dimension du rêve. Ils s’interpénètrent et s’enrichissent mutuellement, effaçant le monde muet, donnant la densité au silence et créant l’illusion de la vie, mais n’est-elle pas ainsi ?
Après les guerres, les grandes littératures creusent leurs sillons luxuriants et le monde des hommes habite et force la pérennité des âmes. On s’évade du leurre, l’on flotte dans un espace intérieur où s’inscrivent les traces de la civilisation. De Tibériade, où Jésus marchait sur les eaux amniotiques et jetait les germes de la chrétienté à son corps martyr et défendant, à l’antisémitisme décrié par Nietzsche et glorifié par le Reich, anticipé par Kafka dans ces mécaniques qui broient les corps dans l’abomination, pendant qu’Hermann Hesse chante le romantisme des origines et des vierges paléolithiques, à l’endroit où l’on brûle la pensée de Freud en places publiques, jusqu’au Beatles de la délivrance qui chantent des écrivains improbables, et Pessoa à l’indélébile et immobile voyage, qui croise celui tenace de Joyce à la langue acérée… les traces des demeurants nous ouvrent le chemin de notre réalité actuelle.

Traces, sur les traces des grands demeurants

Gilles Verneret

30 avril > 06 juin 2015

Traces, sur les traces des grands demeurants

Gilles Verneret

30 avril > 06 juin 2015

Traces, sur les traces des grands demeurants

Gilles Verneret

30 avril > 06 juin 2015

Traces, sur les traces des grands demeurants

Gilles Verneret

30 avril > 06 juin 2015

Traces, sur les traces des grands demeurants

Gilles Verneret

30 avril > 06 juin 2015

Joyce, 2011
tirage fine art, 1/5 ex + EA, 40 x 50 cm
1 250 €

La chambre de Joyce, 2011
tirage fine art, 1/5 ex + EA, 40 x 50 cm
1 250 €

Montagnola, Sur les traces de Hermann Hesse, 2013
tirage Fine Art, 60 X 60 cm, 4/5 ex + EA
1500 €

Sur les traces de Rimbaud, 2013
tirage Fine Art, 60 X 60 cm, 4/5 ex + EA
1500 €

Lac de Tibériade, Jésus marchant sur les eaux
Sur les traces de Jésus de Nazareth, 2011
Tirage fine Art, 1/5 +EA, 100 x 100 cm
2200 €

Saint Petersbourg-Ladoga, Sur les traces de Dostoievsky, 2014
Tirage Fine art, 5 ex, 40 x 40 cm
1100 €

Saint Petersbourg-Les nuits blanches, Sur les traces de Dostoievsky, 2014
Tirage Fine art, 5ex, 40 x 40 cm
1100 €

La sacoche de Vincent, Sur les traces de Van Gogh, St Rémy de Provence, 2013
tirage fine Art, 5 ex, 40 x 60 cm

1300 euros

Sur les traces de Camus
40 X 40 cm, 5 ex,
1200 euros

Sur les traces de Cézanne, La Sainte Victoire, 2015
40 X 40 cm, 5 ex,
1200 euros

Sur les traces de Cézanne, Les carrières de Bibémus, 2015
60 X 60 cm, 5 ex,
1400 euros

L’atelier des Lauves, Sur les traces de Cézanne, 2015
tirage fine art noir & blanc, 20 x 20 cm, 1/5 ex + EA
500 €

Sur les traces de Garcia Lorca 2, 2012
tirage fine art, 40 x 60 cm, 1/5 ex
1300 €

Sur les traces de Cézanne, 2015
tirage fine art noir & blanc, 20 x 20 cm, 1/5 ex + EA
500 €

Sur les traces de Cézanne, 2015
tirage fine art noir & blanc, 20 x 20 cm, 1/5 ex + EA
500 €

Sur les traces de Cézanne, 2015
tirage fine art noir & blanc, 20 x 20 cm, 1/5 ex + EA
500 €

x

> A la galerie

Traces, la route du Paradis 

Dolorès Marat

30 avril > 06 juin 2015

Pour célébrer le retour de la lumière, à la fin de ce mois d’avril 2015, Françoise Besson convie deux
personnalités de la photographie : Dolorès Marat et Gilles Verneret, qu’elle réunit sous le thème des
TRACES, avec en sous-titre « la Route du paradis » pour Dolorès Marat, et « sur les Traces des grands
Demeurants » pour Gilles Verneret (…) Deux rencontres fortes donc, dans le droit fil de la Galerie appliqué à la photographie : l’importance de la main, avec le tirage Fresson, de la portée poétique et du parti pris, de la représentation mythique et du signe quotidien.

Télécharger

Dolorès Marat,

Vue de l’exposition Traces, sur la route du Paradis

 

Dolorès Marat,

Vue de l’exposition Traces, sur la route du Paradis

Dolorès Marat,

Vue de l’exposition Traces, sur la route du Paradis

Dolorès Marat,

Vue de l’exposition Traces, sur la route du Paradis

Dolorès Marat,

Vue de l’exposition Traces, sur la route du Paradis

Dolorès Marat,

Vue de l’exposition Traces, sur la route du Paradis

Dolorès Marat,

Vue de l’exposition Traces, sur la route du Paradis

Dolorès Marat,

Vue de l’exposition Traces, sur la route du Paradis

Dolorès Marat,

Vue de l’exposition Traces, sur la route du Paradis

x

> A la galerie

Jacques Migayrou

Emois

26 février > 19 avril 2015

Les oeuvres de Jacques Migayrou qui ont été sélectionnées pour cette nouvelle exposition en la galerie Françoise Besson de Lyon sont un corpus représentatif de l’oeuvre récente de l’artiste, aux sujets aussi divers que des portraits, des natures mortes, des paysages, et des créations beaucoup plus difficiles à caractériser qui font appel à l’imagination créatrice, au symbolisme, à l’émotion, à la réflexion et à la perception intimes qu’échangent l’artiste et le public.

Télécharger

vue de l’exposition émois, Jacques Migayrou

26 février > 19 avril 2015

Vue de l’exposition émois, Jacques Migayrou

26 février > 19 avril 2015

vue de l’exposition émois, Jacques Migayrou

26 février > 19 avril 2015

exposition émois, Jacques Migayrou

26 février > 19 avril 2015

vue de l’exposition émois, Jacques Migayrou

26 février > 19 avril 2015

vue de l’exposition émois, Jacques Migayrou

26 février > 19 avril 2015

Danse, 2013, huile sur toile, 195 x 130 cm

Exposition émois, Jacques Migayrou

26 février > 19 avril 2015

émois, Jacques Migayrou, 26 février > 19 avril 2015

Paysage urbain n°1, 2013
huile sur toile, 146 x 114 cm
3500 €

Solitude, 2011
huile sur toile, 146 x 114 cm
3500 €

Paysage urbain n°3, 2013
huile sur toile, 146 x 114 cm
3500 €

D’après le Greco,2013
Huile sur toile, 146 x 114 cm
3900 euros

Homme debout, 2013,

huile sur toile, 195 x 130 cm
4500 €

Abri, 2015
huile sur toile, 160 x 130 cm
4000 €

x

> A la galerie

Faire de sa vie une oeuvre d’art

Massimo Guerrera, Anthony Haden-Guest, Céline B. Laterreur, Thierry Marceau, François Morelli, Adrian Norvid

10 janvier > 14 février 2015

Dans le cadre du projet d’échange « recherche de visibilité et d’échange de la galerie Françoise Besson au Canada » avec la galerie Joyce Yahouda, la galerie ouvre aujourd’hui son deuxième volet .
Après avoir reçu Nathalie Caron et Charles Guilbert en 2005 à la galerie, pour une exposition intitulée «Fil », c’est au tour d’un collectif de 6 artistes représentés par la galerie Joyce Yahouda de Montréal.

Télécharger

vue de l’exposition Faire de sa vie une oeuvre d’art

Massimo Guerrera, Anthony Haden-Guest, Céline B. Laterreur, Thierry Marceau, François Morelli, Adrian Norvid

10 janvier > 14 février 2015

vue de l’exposition Faire de sa vie une oeuvre d’art

10 janvier > 14 février 2015

Adrian Norvid, Swirly Whirly, 2003

 

vue de l’exposition Faire de sa vie une oeuvre d’art

10 janvier > 14 février 2015

vue de l’exposition Faire de sa vie une oeuvre d’art

10 janvier > 14 février 2015

vue de l’exposition Faire de sa vie une oeuvre d’art

10 janvier > 14 février 2015

vue de l’exposition Faire de sa vie une oeuvre d’art

10 janvier > 14 février 2015

vue de l’exposition Faire de sa vie une oeuvre d’art

10 janvier > 14 février 2015

François Morelli, La Veuve, 2013

Lavis à l’encre et tampon encreur, 101 x 243 cm

vue de l’exposition Faire de sa vie une oeuvre d’art

10 janvier > 14 février 2015

vue de l’exposition Faire de sa vie une oeuvre d’art

10 janvier > 14 février 2015

vue de l’exposition Faire de sa vie une oeuvre d’art

10 janvier > 14 février 2015

Céline B. Laterreur,

 

vue de l’exposition Faire de sa vie une oeuvre d’art

10 janvier > 14 février 2015

Massimo Guerrera,

 

vue de l’exposition Faire de sa vie une oeuvre d’art

10 janvier > 14 février 2015

Anthony Haden Guest,

 

vue de l’exposition Faire de sa vie une oeuvre d’art

10 janvier > 14 février 2015

Anthony Haden Guest

vue de l’exposition Faire de sa vie une oeuvre d’art

10 janvier > 14 février 2015

Anthony Haden Guest

x

> A la galerie

Awena Cozannet

Corps entre ciel

28 novembre > 07 janvier 2015

Françoise Besson est heureuse d’accueillir Awena Cozannet pour sa troisième exposition personnelle à la galerie intitulée « Corps entre ciel », du 29 novembre au 07 janvier 2015. L’exposition des dessins se prolongera dans le lieu d’accueil « Lyonguesthouse », dans un cabinet de dessins situé au dessus de la galerie, jusqu’au 1° mars 2015. A l’occasion du vernissage, le 28 novembre à partir de 18h, l’artiste signera son dernier ouvrage « tenir le fil » coédité par la galerie et des éditions Janninck.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger

Vue de l’exposition  Corps entre ciel,  Awena Cozannet

28 novembre > 07 janvier 2015

Ange pleurant, 2012 – 2014

Laine, soie, drap de lin, coton, tissu brodé, 200 cm 12 000 €

Vue de l’exposition  Corps entre ciel,  Awena Cozannet, 28 novembre > 07 janvier 2015

La chute ou l’annonce, 2012 – 2014

nœuds et enroulements de fils rouges, 3 à 8 m 1500-2000 €

 

Vue de l’exposition  Corps entre ciel,  Awena Cozannet, 28 novembre > 07 janvier 2015

Vue de l’exposition  Corps entre ciel,  Awena Cozannet, 28 novembre > 07 janvier 2015

Vue de l’exposition  Corps entre ciel,  Awena Cozannet, 28 novembre > 07 janvier 2015

La chute ou l’annonce, 2012 – 2014

nœuds et enroulements de fils rouges 1500-2000 €

Vue de l’exposition  Corps entre ciel,  Awena Cozannet, 28 novembre > 07 janvier 2015

Ange entre ciel, 2012 – 2014

forme cousue de peau de mouton et tissus, pièces de métier à tisser, fil, 350 x 180 x 80 cm, 8 000 €

Vue de l’exposition  Corps entre ciel,  Awena Cozannet, 28 novembre > 07 janvier 2015

Ange entre ciel, 2011 – 2013

tissus indigo, tissus calandrés, laine, coton, lin, cuir, plomb, 310 x 200 cm  17 000 euros

 

Vue de l’exposition  Corps entre ciel,  Awena Cozannet, 28 novembre > 07 janvier 2015

Lumière du haut, 2014

crayon, Bic, papier Dongba 18 x 23,7 cm

500 €

Lumière du haut, 2014

crayon, Bic, papier Dongba 18 x 23,7 cm

500 €

Lumière du haut, 2014

crayon, Bic, papier Dongba 18 x 23,7 cm

500 €

Lumière du haut, 2014

crayon, Bic, papier Dongba 18 x 23,7 cm

500 €

Ange entre Ciel- 76 2011

aquarelle, crayons, Bic, pastel 17.5 x 21.5 cm

600 €

Début de l’entre ciel -87, 2011
Aquarelle, crayon, pastel, graphite, 32,5 x 50 cm
1200 euros

L’Envol Chute -176 2014

crayon, pastel  25,5 x 33 cm 700 €

Mandorle sur fond rouge -120 2012 pastel, aquarelle, crayon, pierre noire, papier Lana 23 x 31,5 cm

650 €

Chute cris -122 2012

pastel, aquarelle, crayon, pierre noire, papier Lana 24 x 21,5 cm 650 €

x

2014

> A la galerie

Anthony Vérot

Conversation piece

17 octobre > 22 novembre 2014

En peignant comme il le fait l’indignité de notre condition charnelle, Anthony Vérot nous donne une autre précieuse
illusion, celle d’un répit — il met en cage les pires carnassiers, nos semblables, les siens, et nous les livre, tous pétris de
rage contenue, inoffensifs à la surfaceplane du tableau.
Didier Semin, extrait de « La magnificence inclémente du portraitiste misanthrope » (in Cahier de Crimée #21, édition Galerie Françoise Besson)

Télécharger

Vue de l’exposition Conversation piece

Anthony Vérot

17 octobre > 22 novembre 2014

Vue de l’exposition Conversation piece

Anthony Vérot

17 octobre > 22 novembre 2014

 

Vue de l’exposition Conversation piece

Anthony Vérot ©Jules Roeser

17 octobre > 22 novembre 2014

Vue de l’exposition Conversation piece

Anthony Vérot ©Jules Roeser

17 octobre > 22 novembre 2014

Vue de l’exposition Conversation piece

Anthony Vérot ©Jules Roeser

17 octobre > 22 novembre 2014

Vue de l’exposition Conversation piece

Anthony Vérot ©Jules Roeser

17 octobre > 22 novembre 2014

Vue de l’exposition Conversation piece

Anthony Vérot ©Jules Roeser

17 octobre > 22 novembre 2014

Vue de l’exposition Conversation piece

Anthony Vérot ©Jules Roeser

17 octobre > 22 novembre 2014

Vue de l’exposition Conversation piece

Anthony Vérot ©Jules Roeser

17 octobre > 22 novembre 2014

Vue de l’exposition Conversation piece

Anthony Vérot ©Jules Roeser

17 octobre > 22 novembre 2014

Vue de l’exposition Conversation piece

Anthony Vérot ©Jules Roeser

17 octobre > 22 novembre 2014

Vue de l’exposition Conversation piece

Anthony Vérot ©Jules Roeser

17 octobre > 22 novembre 2014

Vue de l’exposition Conversation piece

Anthony Vérot ©Jules Roeser

17 octobre > 22 novembre 2014

Vue de l’exposition Conversation piece

Anthony Vérot ©Jules Roeser

17 octobre > 22 novembre 2014

x

> A la galerie

Devenir Arbre, debout depuis 10 ans

collective de tous les artistes de la galerie

06 septembre > 11 octobre 2014

Debout, la galerie Françoise Besson l’est depuis 10 ans. Pour marquer cet anniversaire, elle a rassemblé autour d’elle ses artistes, en hommage à leurs oeuvres et en déclaration d’amour aux artistes, mais aussi à la vie : l’art envahira la rue à l’occasion du vernissage de l’exposition « Devenir Arbre », pour une soirée de performances, de concert et de lectures. L’exposition commence par un petit cabinet de dessin au crayon, doublement produit de l’arbre, par le carbone de la mine et par la gaine de bois : chaque artiste que la galerie représente a préparé un dessin pour l’exposition, retour au trait de main, incarnation, souvent en annonce de l’oeuvre qu’il y expose. L’exposition se poursuit par une sélection de 17 oeuvres, media, tableaux, sculptures, photographies et installations des artistes de la Galerie.

Télécharger

Devenir Arbre

vue d’exposition

06 septembre > 11 octobre 2014

Devenir Arbre

vue d’exposition, vernissage

06 septembre > 11 octobre 2014

Devenir Arbre

vue d’exposition, vernissage

06 septembre > 11 octobre 2014

Devenir Arbre

vue d’exposition, vernissage

06 septembre > 11 octobre 2014

Devenir Arbre

vue d’exposition, vernissage

06 septembre > 11 octobre 2014

Devenir Arbre, 06 septembre > 11 octobre 2014

vue d’exposition, Jacques Migayrou, Guillaume Robert, Clément Montolio

 

Devenir Arbre

vue d’exposition : Christine Crozat, Jane Lebesque, Frédéric Khodja

06 septembre > 11 octobre 2014

Devenir Arbre

vue d’exposition : Anthony Vérot, Awena Cozannet, Clément Montolio

06 septembre > 11 octobre 2014

Devenir Arbre

vue d’exposition : Anthony Vérot

06 septembre > 11 octobre 2014

Devenir Arbre

vue d’exposition : Frédéric Khodja

06 septembre > 11 octobre 2014

Devenir Arbre

06 septembre > 11 octobre 2014

Chantal Fontvieille, Empreintes de cernes de croissance de l’arbre sur cible, 2014

technique mixte sur cible, 50 x 50 cm

Devenir Arbre

Daniel Clarke, Laurent Mulot

06 septembre > 11 octobre 2014

Devenir Arbre, 06 septembre > 11 octobre 2014

Awena Cozannet, Dix mille changements ne modifient jamais l’essence des choses, 2013

tissus tight-dye et indigo,  sac de ciment, encre de chine, éléments de structure, fils, 165 x 70 cm

Devenir Arbre, 06 septembre > 11 octobre 2014

Clément Montolio

Devenir Arbre, 06 septembre > 11 octobre 2014

Jacques Migayrou, Clément Montolio, Dolorès Marat

Devenir Arbre,

06 septembre > 11 octobre 2014

Daniel Clarke, Patrice Giorda

Devenir Arbre,

06 septembre > 11 octobre 2014

Guillaume Robert

Devenir Arbre,

06 septembre > 11 octobre 2014

 

Devenir Arbre,

06 septembre > 11 octobre 2014

Anthony Vérot, Christine Crozat

x

> A la galerie

Frédéric Khodja

Le ciel est si peint que je ne le regarde pas

07 juin > 30 juillet 2014

Une exposition d’images. De dessins bleus. De dessins qui font parler les lieux du bleu. De dessins qui parlent de cristallisations, de parois, d’atlas, d’espaces, de fictions, de géométries. Une constellation de dessins (…) L’idée, pour accompagner l’exposition d’images, d’un journal bleu qui recueillerait des présences. Des documents importants à mes yeux, qui m’aident à construire mes dessins ; des reproductions de dessins présents dans l’exposition et un texte. Éditer un Labyrinthe bleu où les images et le texte soient dans un espace entre les mains.

Télécharger

Vue de l’exposition Le ciel est si peint que je ne le regarde pas Frédéric Khodja, ©Jules Roeser

07 juin > 30 juillet 2014

 

Vue de l’exposition Le ciel est si peint que je ne le regarde pas Frédéric Khodja, ©Jules Roeser

07 juin > 30 juillet 2014

 

Vue de l’exposition Le ciel est si peint que je ne le regarde pas Frédéric Khodja, ©Jules Roeser

07 juin > 30 juillet 2014

 

 

 

Vue de l’exposition Le ciel est si peint que je ne le regarde pas Frédéric Khodja ©Jules Roeser

Vue de l’exposition Le ciel est si peint que je ne le regarde pas Frédéric Khodja ©Jules Roeser

07 juin > 30 juillet 2014

Vue de l’exposition Le ciel est si peint que je ne le regarde pas Frédéric Khodja  ©Jules Roeser

Le balancier d’Albrecht (Collioure), 2014 Assemblage-sculpture 23 x 10 cm

07 juin > 30 juillet 2014

Vue de l’exposition Le ciel est si peint que je ne le regarde pas Frédéric Khodja ©Jules Roeser

07 juin > 30 juillet 2014

Vue de l’exposition Le ciel est si peint que je ne le regarde pas Frédéric Khodja ©Jules Roeser

07 juin > 30 juillet 2014

Vue de l’exposition Le ciel est si peint que je ne le regarde pas Frédéric Khodja ©Jules Roeser

07 juin > 30 juillet 2014

Vue de l’exposition Le ciel est si peint que je ne le regarde pas Frédéric Khodja ©Jules Roeser

07 juin > 30 juillet 2014

Vue de l’exposition Le ciel est si peint que je ne le regarde pas Frédéric Khodja ©Jules Roeser

07 juin > 30 juillet 2014

Vue de l’exposition Le ciel est si peint que je ne le regarde pas Frédéric Khodja ©Jules Roeser

07 juin > 30 juillet 2014

Vue de l’exposition Le ciel est si peint que je ne le regarde pas Frédéric Khodja ©Jules Roeser

07 juin > 30 juillet 2014

Vue de l’exposition Le ciel est si peint que je ne le regarde pas Frédéric Khodja ©Jules Roeser

07 juin > 30 juillet 2014

Vue de l’exposition Le ciel est si peint que je ne le regarde pas Frédéric Khodja ©Jules Roeser

07 juin > 30 juillet 2014

x

>A la galerie

Identité de genre

Dominique de Beir, Elise Bergamini, Christine Crozat, Chloé Jullien

29 avril > 31 mai 2014

Le titre est là, précis mais pas trop… Le programme est affiché. Brouiller les clichés. Masculin ? Féminin ?. Qui sommes-nous, ou plutôt, quelle est la genèse et où se situe l’Avenir. Actrice ou Spectatrice de notre destinée.

 

Clic ↑

Télécharger

vue de l’exposition Identité de genre

Christine Crozat

29 avril > 31 mai 2014

Christine Crozat, Autoportrait à la fleur fragile 2014

oeuvre à deux mains, graphite sur papier

vue de l’exposition Identité de genre

29 avril > 31 mai 2014

 

Christine Crozat, Deux ou deux choses que je sais d’elle 2010

aquarelle sur papier, 20,5 x 29,5 cm

vue de l’exposition Identité de genre

29 avril > 31 mai 2014

 

Christine Crozat,

Sans les loups, hommage tzigane, 2014

technique mixte sur papier

vue de l’exposition Identité de genre

29 avril > 31 mai 2014

Dominique De Beir, The times, 2014

Exposition Identité de genre

29 avril > 31 mai 2014

 

Elise Bergamini

Exposition Identité de genre

29 avril > 31 mai 2014

Elise Bergamini,  she disappeared

Exposition Identité de genre

29 avril > 31 mai 2014

Chloé Julien

vue de l’exposition Identité de genre

29 avril > 31 mai 2014

Chloé Julien

Exposition Identité de genre

29 avril > 31 mai 2014

 

Chloé Julien, Nord Sud, 2010

Aquarelle, encre et sel sur papier, 33 x 26 cm

Exposition Identité de genre

29 avril > 31 mai 2014

Dominique De Beir, Face  2010

Cire sur papier perforé, 32 x 24 cm

Exposition Identité de genre

29 avril > 31 mai 2014

vue de l’exposition Identité de genre

29 avril > 31 mai 2014

vue de l’exposition Identité de genre

29 avril > 31 mai 2014

vue de l’exposition Identité de genre

29 avril > 31 mai 2014

vue de l’exposition Identité de genre

29 avril > 31 mai 2014

x

>A la galerie

Clément Montolio

Mystères évidents

10 mars > 23 avril 2014

« Mystères évidents » est le titre de la 5ème exposition personnelle de Clément Montolio à la galerie Françoise Besson. Pour la première fois, peintures et volumes cohabiteront dans l’espace.

« Le mystère est ici intellectualisé dans la peinture, il fait corps avec l’oeuvre, il est dans l’oeuvre, il est l’oeuvre. Clément Montolio se libère de l’esthétique afin que le Mystère se laisse apercevoir, mystère au premier sens emprunté au latin mysterium, c’est à dire qui exprime le caractère profond, la vertu inhérente d’une chose. »

Extrait Cahier de Crimée #18

 

clic ↑

Télécharger

vue de l’exposition Mystères évidents, Clément Montolio

10 mars > 23 avril 2014, © Aline Perrier

vue de l’exposition Mystères évidents, Clément Montolio

10 mars > 23 avril 2014, © Aline Perrier

vue de l’exposition Mystères évidents, Clément Montolio

10 mars > 23 avril 2014, © Aline Perrier

vue de l’exposition Mystères évidents, Clément Montolio

10 mars > 23 avril © Aline Perrier

vue de l’exposition Mystères évidents, Clément Montolio

10 mars > 23 avril 2014

vue de l’exposition Mystères évidents, Clément Montolio

10 mars > 23 avril 2014 © Aline Perrier

vue de l’exposition Mystères évidents, Clément Montolio

10 mars > 23 avril 2014 © Aline Perrier

Cabane blanche, 2014
techniques mixtes © Aline Perrier
1900 euros 

Clément Montolio

Sans titre, 2012, acrylique sur toile, 81 x 65 cm © Aline Perrier

220o €

vue de l’exposition Mystères évidents, Clément Montolio

10 mars > 23 avril 2014 © Aline Perrier

vue de l’exposition Mystères évidents, Clément Montolio

10 mars > 23 avril 2014 © Aline Perrier

Sans titre, 2013, acrylique sur toile, 200 x 142 cm © Aline Perrier

8000 euros

cabane marron, 2014
techniques mixtes, 42 x 37 x 37 cm © Aline Perrier
2300 €

Clément Montolio,
Grande Cabane, 2014, 108 x 82 x 74 cm, © Aline Perrier

3900 euros

vue de l’exposition Mystères évidents, Clément Montolio

10 mars > 23 avril 2014, © Aline Perrier

vue de l’exposition Mystères évidents, Clément Montolio

10 mars > 23 avril 2014, © Aline Perrier

Sans titre, 2012, acrylique sur toile, 184 x 132 cm

7000 euros, © Aline Perrier 

Sans titre, 2013
Acrylique sur toile, 61 x 50 cm, © Aline Perrier
1800 €

vue de l’exposition Mystères évidents, Clément Montolio

10 mars > 23 avril 2014, © Aline Perrier

Clément Montolio

Sans titre, 2014

acrylique sur papier, 38 x 28 cm, © Aline Perrier

vue de l’exposition Mystères évidents, Clément Montolio

10 mars > 23 avril 2014, © Aline Perrier

Sans titre, 2014, acrylique sur toile

55 x 46 cm, © Aline Perrier

1500 euros

vue de l’exposition Mystères évidents, Clément Montolio

10 mars > 23 avril 2014, © Aline Perrier

vue de l’exposition Mystères évidents, Clément Montolio

10 mars > 23 avril 2014, © Aline Perrier

Sans titre, 2013
acrylique sur papier, 38 x 28 cm, © Aline Perrier
900 €

x

> A la galerie

Gérard Pélisson

Utopies volatiles

17 janvier > 22 février 2014

Après des études d’optique et d’électronique au lycée La Martinière de Lyon, et quelques applications de cette formation dans des entreprises Lyonnaises, Gérard Pélisson collabore à différents longs métrages à France 3 Rhône Alpes. Par amour du cinéma il devient photographe de plateau pour des longs métrages aux réalisateurs prestigieux comme Bertrand Tavernier, Robert Enrico, Nadine Trintignant…. Et immortalise sur sa pellicule de grands comédiens tels qu’Alain Delon, Sophie Marceau, Marlène Jobert, Christine Boisson….

Télécharger

Ice Cream, Santa Fé, 2011, tirage fine art sur dibond,

exposition Utopies volatiles, 17 janvier > 22 février 2014. Disponible

Ellis Island, 2012, tirage fine art sur dibond,

exposition Utopies volatiles, 17 janvier > 22 février 2014. Disponible

Utopies volatiles, 2013, tirage diasec à froid, 45 x 30 cm. Disponible

exposition Utopies volatiles, 17 janvier > 22 février 2014.

Transparence, 2010, Fine art sur dibond, 120 x 87 cm

exposition Utopies volatiles, 17 janvier > 22 février 2014. Disponible

la friche, 2011, fine art sur dibond, 87 x 120 cm.

exposition Utopies volatiles, 17 janvier > 22 février 2014. Disponible

Lumière, 2013, tirage diasec à froid. Disponible

exposition Utopies volatiles, 17 janvier > 22 février 2014

x

>A la galerie

Laurent Mulot

Diptyque à l’horizon

21 novembre 2013 > 10 janvier 2014

Laurent Mulot propose une oeuvre inédite à partir d’une expérience de longue durée intitulée Middle of Nowhere. Middle of Nowhere, oeuvre qui s’apparente à une matrice qui englobe toute la production de l’artiste, est un récit qui commence avec les centres d’art fantômes que l’artiste a créé en différents endroits du monde – un dans chaque continent : Australie, Chine, France, Amérique latine, Maroc, Antarctique et bientôt, le projet est en cours, dans l’ISS (International Space Station). Ce nouveau récit du monde, car il s’agit bien de cela dans l’oeuvre de Mulot, se poursuit avec des créations liées à la recherche scientifique fondamentale. Ainsi en est-il d’Augenblick 1, dont cette exposition montre le corpus photographique, qu’il réalise à l’occasion de son passage au CERN.

 

 

 

clic ↑

Télécharger

Vue de l’exposition diptyque à l’horizon Laurent Mulot

21 novembre 2013>10 janvier 2014

Vue de l’exposition diptyque à l’horizon Laurent Mulot

21 novembre 2013>10 janvier 2014

Vue de l’exposition diptyque à l’horizon Laurent Mulot, Middle of nowhere, Les gardiens des centres d’art fantômes

21 novembre 2013>10 janvier 2014

Vue de l’exposition diptyque à l’horizon Laurent Mulot

21 novembre 2013>10 janvier 2014

exposition diptyque à l’horizon, Laurent Mulot

21 novembre 2013>10 janvier 2014

Cessy France, 7h22’49 », 2010. 1200 euros

tirage diasec à froid, diptyque 50 x 60 cm

 

 

exposition diptyque à l’horizon Laurent Mulot

21 novembre 2013>10 janvier 2014

Ferney-Voltaire France 20h20′,

tirage diasec à froid, diptyque 50 x 60 cm 1200 euros

 

Ferney Voltaire France, 20h20’08 », 2010

tirage jet d’encre, papier photo brillant sur dibond

diptyque 200 x 160 cm. 5000 euros

exposition diptyque à l’horizon Laurent Mulot

21 novembre 2013>10 janvier 2014

Meyrin Suisse, 1h03’20 », novembre 2010

jet d’encre papier photo brillant sur dibond,

diptyque 200 x 160 cm. 5000 euros

exposition diptyque à l’horizon Laurent Mulot

21 novembre 2013>10 janvier 2014

CMS field,
Tirage Diasec à froid, diptyque 50x60cm. 1200 euros

exposition diptyque à l’horizon Laurent Mulot

21 novembre 2013>10 janvier 2014

St Genis France 15h30’06 », 24 avril 2010

tirage diasec à froid, diptyque 50 x 60 cm. 1200 euros

exposition diptyque à l’horizon Laurent Mulot

21 novembre 2013>10 janvier 2014

St Genis France 23h55’00 », 22 novembre 2010

tirage jet d’encre papier photo brillant sur dibond,

dyptique 200 x 160 cm. 5000 euros

exposition diptyque à l’horizon Laurent Mulot

21 novembre 2013>10 janvier 2014

x

2013

A la galerie

Le laboratoire des prophéties # 2

David Coste

Octobre – novembre 2013

 

En résonance avec la biennale d’art contemporain, David Coste nous propose le 2ème volet du Laboratoire des prophéties, à l’Etage de la galerie

Entre fiction et réalité…

Le laboratoire des prophéties,2013, dessin 28

graphite, 35 x 35 cm

Le laboratoire des prophéties, 2013, dessin 27

graphite, 35 x 35 cm

Disjonction, 2013, sans titre 3

graphite, 50 x 50 cm

Sans titre, 2013, dessin feutre sur papier Bristol 003

21 x 29.5cm

Sans titre, 2013, dessin feutre sur papier Bristol 15

21 x 29.5cm

x

> À la galerie

Story and Spirit

Xue Feng Chen, Chantal Fontvieille, Patrice Giorda, Jane le Besque, Clément Montolio, Lise Roussel

29 octobre > 19 novembre 2013

L’exposition est le fruit d’une résonance entre un choix d’objets d’art premier, d’art asiatique, islamique et contemporain autour de la spiritualité et des questions qu’elle soulève :
l’art nous aide-t-il à vivre ? Est-il à l’origine d’un nouvel absolu ?

En collaboration avec Erik Nakache et Grégory Chesnes

 

 

clic ↑

Télécharger

Vue de l’exposition Story & Spirit

29 octobre > 19 novembre 2013

Statues Jaraï, Cibles de Chantal Fontvieille

 

Vue de l’exposition Story & Spirit

29 octobre > 19 novembre 2013

Statues Jaraï, Cibles de Chantal Fontvieille

 

Vue de l’exposition Story & Spirit

29 octobre > 19 novembre 2013

Cosmo-cibles de Chantal Fontvieille

Vue de l’exposition Story & Spirit

29 octobre > 19 novembre 2013

Lise Roussel, le pont, 2011, acrylique sur toile 71,5 x 71 cm

Clément Montolio, sans titre, acrylique sur toile, 46 x 38 cm

Vue de l’exposition Story & Spirit

29 octobre > 19 novembre 2013

Arbre de vie, bois sculpté figurant personnages et animaux en fort relief. Travail français d’art populaire

Vue de l’exposition Story & Spirit

29 octobre > 19 novembre 2013

Patrice Giorda, Golgotha

Patrice Gioda, Le linge blanc

Vue de l’exposition Story & Spirit

29 octobre > 19 novembre 2013

Vue de l’exposition Story & Spirit

29 octobre > 19 novembre 2013

Chantal Fontvieille, Cosmocible brodée

Vue de l’exposition Story & Spirit

29 octobre > 19 novembre 2013

Chantal Fontvieille, Cosmocible brodée

Lise Roussel, ocus Solus, 2013, huile sur toile, 70 x 100 cm

exposition Story & Spirit, 29 octobre > 19 novembre 2013

x

>A la galerie

Daniel Clarke

Matter

09 septembre > 26 octobre 2013

Matter, l’actuelle sélection d’œuvres de Daniel Clarke à la Galerie Françoise Besson à Lyon du 9
septembre au 26 octobre 2013, nous offre de prime abord l’émotion de la beauté des formes et
des couleurs, du tracé et de l’inclus, de la description et de la suggestion, celle de la vie en ce
qu’elle est suffisamment imprécise pour préserver une marge d’espérance et de fantasme :
Daniel Clarke se distancie des images qui lui ont longtemps parlé, celles de ses jeunes années au
bout de Long Island, là où se rejoignent infiniment sables, airs, cieux et océan, mais qui en font
un artiste significatif en ce qu’elles sont le plus souvent universelles.

Télécharger

Alphabet, 2012, huile sur toile

exposition Matter, Daniel Clarke

09 septembre > 26 octobre 2013

Margaret in Black, 2013

exposition Matter, Daniel Clarke

09 septembre > 26 octobre 2013

Rue de Lilles, 2013

exposition Matter, Daniel Clarke

09 septembre > 26 octobre 2013

Shangaï, 2013

exposition Matter, Daniel Clarke

09 septembre > 26 octobre 2013

Cérulean Dream, 2013, huile sur toile, 180 x 180 cm

exposition Matter, Daniel Clarke

09 septembre > 26 octobre 2013

Figure et géometry,  2013

gouache sur papier marouflé sur aluminium

106 x 75 cm

Study, 2013

huile sur lin, 69 x 67 cm

the Islinds, 2013

gouache sur papier marouflé sur aluminium, 106 x 75 cm

 

Don Q, 2013

gouache et collage sur papier, 47.5 x 48.5cm

Study, 2013

huile sur lin 21 x 21 cm

x

>A la galerie

Xuefeng Chen

L’amoureuse

20 juin > 18 août 2013

Françoise Besson a le plaisir et le privilège d’accueillir l’artiste plasticienne Xuefeng Chen pour sa première
exposition monographique, l’amoureuse, du 20 juin au 15 aout 2013.

Xue Feng Chen s’est imprégnée toute son enfance, des coutumes et des rituels de son village natal du Yunnan
(sud est de la Chine) connu pour ses somptueuses broderies traditionnelles.

L’Amoureuse, figure dominante de la mère généreuse et génitrice, l’homme et ses pratiques, les composants du
cycle de la vie, l’image et le symbolique : tel est l’univers de Xue Feng Chen qui nous semble familier par sa
thématique, mais aussi singulier et étrange dans ses réalisations…

 

 

clic ↑

Télécharger

Vue de l’exposition L’amoureuse, Xue Feng Chen

20 juin > 18 août 2013 © Aline Perrier

 

Vue de l’exposition L’amoureuse, Xue Feng Chen

20 juin > 18 août 2013 © Aline Perrier

Vue de l’exposition L’amoureuse, Xue Feng Chen

20 juin > 18 août 2013 © Aline Perrier

Vue de l’exposition L’amoureuse, Xue Feng Chen

20 juin > 18 août 2013 © Aline Perrier

Vue de l’exposition L’amoureuse, Xue Feng Chen

20 juin > 18 août 2013 © Aline Perrier

Vue de l’exposition L’amoureuse, Xue Feng Chen

20 juin > 18 août 2013 © Aline Perrier

 

Vue de l’exposition L’amoureuse, Xue Feng Chen

20 juin > 18 août 2013 © Aline Perrier

Vue de l’exposition L’amoureuse, Xue Feng Chen

20 juin > 18 août 2013 © Aline Perrier

Vue de l’exposition L’amoureuse, Xue Feng Chen

20 juin > 18 août 2013 © Aline Perrier

Vue de l’exposition L’amoureuse, Xue Feng Chen

20 juin > 18 août 2013 © Aline Perrier

Vue de l’exposition L’amoureuse, Xue Feng Chen

20 juin > 18 août 2013 © Aline Perrier

Vue de l’exposition L’amoureuse, Xue Feng Chen

20 juin > 18 août 2013 © Aline Perrier

Vue de l’exposition L’amoureuse, Xue Feng Chen

20 juin > 18 août 2013 © Aline Perrier

Vue de l’exposition L’amoureuse, Xue Feng Chen

20 juin > 18 août 2013 © Aline Perrier

Vue de l’exposition L’amoureuse, Xue Feng Chen

20 juin > 18 août 2013 © Aline Perrier

x

> A la galerie

Lien(s)

élèves de l’école maternelle Raoul Dufy

4 juin > 30 juin 2013

EnfanceArtEtLangages coordonne un programme de résidences d’artistes en écoles maternelles pariant sur l’intérêt de l’art et de la création comme langage sensible et fondateur pour le petit enfant. Ce projet original est né à Lyon en 2002 d’un partenariat entre la Ville et des ministères de l’Education Nationale et de la Culture.

Le principe est simple : un artiste, quelle que soit sa discipline, s’installe au cœur de l’école maternelle, pour une implantation délibérément longue : 9 ou 12 heures hebdomadaires durant vingt semaines de l’année scolaire et cela pendant trois années. S’engage alors dans cette durée, un travail d’équipe entre les enseignants, le personnel de l’école, les parents, les équipements culturels de la Ville.

Cette année, c’est l’artiste Guillaume Lemoine , en résidence à  l’école maternelle Raoul Dufy (Lyon 1er) depuis septembre 2012 qui est à l’origine de cette exposition.

Vue de l’exposition Lien(s)

élèves de l’école maternelle Raoul Dufy

4 juin > 30 juin 2013

Vue de l’exposition Lien(s)

élèves de l’école maternelle Raoul Dufy

4 juin > 30 juin 2013

Vue de l’exposition Lien(s)

élèves de l’école maternelle Raoul Dufy

4 juin > 30 juin 2013

Vue de l’exposition Lien(s)

élèves de l’école maternelle Raoul Dufy

4 juin > 30 juin 2013

Vue de l’exposition Lien(s)

élèves de l’école maternelle Raoul Dufy

4 juin > 30 juin 2013

Vue de l’exposition Lien(s)

élèves de l’école maternelle Raoul Dufy

4 juin > 30 juin 2013

Vue de l’exposition Lien(s)

élèves de l’école maternelle Raoul Dufy

4 juin > 30 juin 2013

Vue de l’exposition Lien(s)

élèves de l’école maternelle Raoul Dufy

4 juin > 30 juin 2013

Vue de l’exposition Lien(s)

élèves de l’école maternelle Raoul Dufy

4 juin > 30 juin 2013

Vue de l’exposition Lien(s)

élèves de l’école maternelle Raoul Dufy

4 juin > 30 juin 2013

x

> A la galerie

Il est midi à l’heure de maintenant

Collection Philippe Delaunay

13 avril > 02 juin 2013

Françoise Besson est heureuse d’inviter son ami et collectionneur Philippe Delaunay à présenter pour la première fois au public une partie de sa collection personnelle du 19 avril au 2 juin 2013, un parcours atypique dans l’histoire de l’art moderne et contemporain.

Télécharger

Vue de l’exposition Il est midi à l’heure de maintenant,  Collection Philippe Delaunay

13 avril > 02 juin 2013

© Aline Perrier

Vue de l’exposition Il est midi à l’heure de maintenant,  Collection Philippe Delaunay

13 avril > 02 juin 2013

© Aline Perrier

Vue de l’exposition Il est midi à l’heure de maintenant,  Collection Philippe Delaunay

13 avril > 02 juin 2013

© Aline Perrier

Vue de l’exposition Il est midi à l’heure de maintenant,  Collection Philippe Delaunay

13 avril > 02 juin 2013

© Aline Perrier

Vue de l’exposition Il est midi à l’heure de maintenant,  Collection Philippe Delaunay

13 avril > 02 juin 2013

© Aline Perrier

Vue de l’exposition Il est midi à l’heure de maintenant,  Collection Philippe Delaunay

13 avril > 02 juin 2013

© Aline Perrier

Vue de l’exposition Il est midi à l’heure de maintenant,  Collection Philippe Delaunay

13 avril > 02 juin 2013

© Aline Perrier

Vue de l’exposition Il est midi à l’heure de maintenant,  Collection Philippe Delaunay

13 avril > 02 juin 2013

© Aline Perrier

Vue de l’exposition Il est midi à l’heure de maintenant,  Collection Philippe Delaunay

13 avril > 02 juin 2013

© Aline Perrier

Vue de l’exposition Il est midi à l’heure de maintenant,  Collection Philippe Delaunay

13 avril > 02 juin 2013

© Aline Perrier

Vue de l’exposition Il est midi à l’heure de maintenant,  Collection Philippe Delaunay

13 avril > 02 juin 2013

© Aline Perrier

x

> A la galerie

Marie-Agnès Charpin

Trois milles six cents fois par heure

18 janvier > 07 avril 2013

Lorsqu‟en 1992 Marie-Agnès Charpin installe les bases de son programme de peinture, elle sait qu‟elle arrive sur un territoire déjà arpenté par les conceptuels historiques – Roman Opalka, On Kawara, Hanne Darboven… – avec lesquels elle partage une préoccupation pour la question du temps. Achevant à cette époque une longue série de peintures fondées sur la répétition du geste, elle perçoit soudain le temps comme l‟évidence qui ordonne a posteriori sa recherche. Il est la substance qui impressionne et qui déplie cette pratique de la répétition. Les signes dont elle a couvert ses toiles jusqu‟alors n‟ont pas seulement lié une surface à une durée. Ils lui ont fait éprouver la limite de la réitération qui peu à peu fatigue le bras, brouille la vue, épuise le sens.

Télécharger

Vue de l’exposition 3600 fois par heure, Marie-Agnès Charpin, 18 janvier > 07 avril 2013

Vue de l’exposition 3600 fois par heure, Marie-Agnès Charpin, 18 janvier > 07 avril 2013

Vue de l’exposition 3600 fois par heure, Marie-Agnès Charpin, 18 janvier > 07 avril 2013

Vue de l’exposition 3600 fois par heure, Marie-Agnès Charpin, 18 janvier > 07 avril 2013

Vue de l’exposition 3600 fois par heure, Marie-Agnès Charpin, 18 janvier > 07 avril 2013

x

> A la galerie

Franz Schimpl

Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Sans domicile Fixe. La Galerie Françoise Besson offre ses murs et cimaises à un ami et collectionneur, Franz Schimpl aujourd’hui artiste.

Sans domicile fixe présente une série d’aquarelles de format identique (28 x 28 cm) débutée dès 2009. Dans une répétition voulue. Tout comme le cadrage pour inviter le regardeur à explorer les nuances, et la subtile diversité.
Sans domicile Fixe nous propose un regard sur le thème de l’errance, de l’aventure peut–être. Une certaine prise de risques en opposition à l’idée bien actuelle de sédentarisation pour se rassurer, faire comme tout le monde. L’artiste explore également en pointillés dans une vision plus sociale, la précarité des êtres, de l’existence.

Télécharger

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

Franz Schimpl

Vue de l’exposition Sans domicile fixe

06 décembre 2012 > 15 janvier 2013

x

2012

> A la galerie

Dédoublements

Clément Montolio, Lise Roussel, Elisabeth Fréring, Patricia Cartereau, Stéphane Guglielmet

20 octobre > 1er décembre 2012

Cette exposition, organisée par la Galerie Françoise Besson à Lyon est une réponse quelque peu symétrique à celle qui s’est tenue en décembre 2011 à la Galerie Bertrand Gillig de Strasbourg, « Montolio and Guests ». Le principe étant d’inviter un artiste de l’autre Galerie à investir les murs de la galerie partenaire de manière significative au milieu des oeuvres d’autres artistes de provenance diverses ou de la galerie. Cette année Françoise Besson accueille Elisabeth Fréring de la galerie Gillig. Clément Montolio en assure le commissariat. Il participe également à l’exposition en compagnie de trois autres artistes.

Télécharger

Vue de l’exposition Dédoublements,

20 octobre > 1er décembre 2012

© Aline Perrier

 

Patricia Cartereau

Vue de l’exposition Dédoublements,

20 octobre > 1er décembre 2012

© Aline Perrier

 

Elisabeth Fréring

Vue de l’exposition Dédoublements,

20 octobre > 1er décembre 2012

© Aline Perrier

Vue de l’exposition Dédoublements,

20 octobre > 1er décembre 2012

© Aline Perrier

Stéphane Guglielmet

Vue de l’exposition Dédoublements,

20 octobre > 1er décembre 2012

© Aline Perrier

Clément Montolio

Vue de l’exposition Dédoublements,

20 octobre > 1er décembre 2012

© Aline Perrier

Clément Montolio

Vue de l’exposition Dédoublements,

20 octobre > 1er décembre 2012

© Aline Perrier

Lise Roussel

Vue de l’exposition Dédoublements,

20 octobre > 1er décembre 2012

© Aline Perrier

Vue de l’exposition Dédoublements,

20 octobre > 1er décembre 2012

© Aline Perrier

Lise Roussel

Vue de l’exposition Dédoublements,

20 octobre > 1er décembre 2012

© Aline Perrier

Elisabeth Fréring

Vue de l’exposition Dédoublements,

20 octobre > 1er décembre 2012

© Aline Perrier

Lise Roussel

Vue de l’exposition Dédoublements,

20 octobre > 1er décembre 2012

© Aline Perrier

x

> A la galerie

Sous le soleil exactement

Jim Dine, Daniel Clarke, Dolores Marat, Clément Montolio, Marc Desgrandschamps, Jacques Migayrou, Daniel Tillier

08 septembre > 16 octobre 2012

Sous le soleil exactement, C’est le titre de cette exposition de rentrée emprunté à Serge Gainsbourg, génial chanteur qui vénérait Francis Bacon avec lequel il partageait un goût pour le sublime aux singulières et superbes distorsions. Sur nous tous, il y a le soleil, cet astre jaloux et généreux suspendu sur nos incertitudes, nos attentes et nos vies. Sous le soleil, le monde et ses faces multiples où bonheurs et tragédies se succèdent sans trêve. Les sept artistes présentés dans l’exposition, une photographe et six peintres, témoignent d’un apparent penchant pour un certain hédonisme, presque toujours tempéré parle soupçon d’une réalité moins solaire.

Télécharger

Vue de l’exposition Sous le soleil exactement,

08 septembre > 16 octobre 2012

Daniel Tillier, Daniel Clarke

Vue de l’exposition Sous le soleil exactement,

08 septembre > 16 octobre 2012

Jim Dine, Daniel Clarke

Vue de l’exposition Sous le soleil exactement,

08 septembre > 16 octobre 2012

Jacques Migayrou

Vue de l’exposition Sous le soleil exactement,

08 septembre > 16 octobre 2012

Dolorès Marat

Vue de l’exposition Sous le soleil exactement,

08 septembre > 16 octobre 2012

Daniel Clarke, Jim Dine, Marc Desgrandchamps

Vue de l’exposition Sous le soleil exactement,

08 septembre > 16 octobre 2012

Daniel Tillier, Dolorès Marat

Vue de l’exposition Sous le soleil exactement,

08 septembre > 16 octobre 2012

Dolorès Marat, Clément Montolio

Vue de l’exposition Sous le soleil exactement,

08 septembre > 16 octobre 2012

Jacques Migayrou, Dolorès Marat

Vue de l’exposition Sous le soleil exactement,

08 septembre > 16 octobre 2012

Daniel Clarke

x

> A la galerie

Ici et nulle part

Emmanuelle Castellan et David Coste

09 juin > 30 août 2012

La galerie Françoise Besson est heureuse d’inviter Emmanuelle Castellan et David Coste, qui se sont rencontrés il y a déjà quelques années à Toulouse, { dialoguer dans l’exposition Ici et nulle part. Les artistes se rejoignent dans une même attention { l’image, qu’elle soit document ou référence savante { l’art, et au cinéma (image mouvement, mouvance de l’image), qu’ils utilisent, chacun { leur façon, comme des matériaux leur permettant d’ouvrir leur démarche artistique { des expériences spatio-temporelles, pour l’un, picturales pour l’autre. Ici et nulle part dévoile deux univers singuliers et cependant ouverts et généreux, qui donneront lieu à une installation inédite dans la galerie.

Télécharger

Vue de l’exposition Ici et nulle part,

Emmanuelle Castellan & David Coste

09 juin > 30 août 2012

 

Vue de l’exposition Ici et nulle part,

David Coste

09 juin > 30 août 2012

Vue de l’exposition Ici et nulle part,

Emmanuelle Castellan

09 juin > 30 août 2012

Vue de l’exposition Ici et nulle part,

Emmanuelle Castellan & David Coste

09 juin > 30 août 2012

Vue de l’exposition Ici et nulle part,

Emmanuelle Castellan & David Coste

09 juin > 30 août 2012

Vue de l’exposition Ici et nulle part,

Emmanuelle Castellan & David Coste

09 juin > 30 août 2012

Vue de l’exposition Ici et nulle part,

Emmanuelle Castellan & David Coste

09 juin > 30 août 2012

Vue de l’exposition Ici et nulle part,

Emmanuelle Castellan & David Coste

09 juin > 30 août 2012

Vue de l’exposition Ici et nulle part,

David Coste, portraits d’espace

09 juin > 30 août 2012

x

>A la galerie

Tout s’éteindra

Clément Montolio, Frederic Khodja, Nicolas Aiello, Emmanuelle Castellan, Eric Corne, Damien Deroubaix, Karine Hoffman, Abel Pradalié, Anne-Laure Sacriste, Claire Tabouret

26 avril > 03 juin 2012

La Galerie Françoise Besson et la revue Hippocampe sont heureux de vous annoncer l’exposition thématique et collective « tout s’éteindra » focalisée sur le thème de la nuit. Du 26 avril au 03 juin 2012, une trentaine d’oeuvres et onze artistes contemporains seront réunis à la galerie par Gwilherm Perthuis, rédacteur en chef de la revue littéraire et artistique Hippocampe, qui assure la commissariat de l’exposition. l’accrochage mêlera plusieurs mediums (peinture, dessin, estampe, sculpture, vidéo…) qui ouvriront le thème à de multiples questionnements.

Télécharger

Tout s’éteindra,

Vue d’exposition,

Galerie Françoise Besson

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012

 

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012

 

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012

Tout s’éteindra, 26 avril > 03 juin 2012